La micro-crèche : un nouveau concept pour la garde d’enfant à domicile

Trouver une place en crèche est la nouvelle hantise de tous les parents d’aujourd’hui ! En effet, il n’y a jamais eu autant de demandes de garde qu’aujourd’hui. Parmi les nouveaux concepts venant apporter des solutions pratiques pour garder votre enfant, il y a la micro-crèche. Le concept de la micro-crèche se situe entre la crèche ordinaire et l’assistance maternelle. Une micro-crèche est un établissement de taille restreinte, pouvant accueillir dix enfants au maximum. Les micro-crèches ont été rendues possibles il y a dix ans exactement, par la publication d’un décret relatif aux établissements et services d’accueil des enfants de moins de 6 ans. Répondant à un besoin de plus en plus fort, elles connaissent un développement exponentiel depuis ces dernières années. Elles constituent autant d’opportunités d’entreprendre pour les personnes désireuses de se lancer en indépendant ou en franchisé. Greenkub vous livre ici les informations à connaître pour vous lancer dans cette entreprise ou si vous songez à placer votre enfant dans une micro-crèche.

Avant de parler des micro-crèches, il est important de rappeler qu’il existe différents types de crèches sur le marché

Quels sont les différents types de crèche ?

Il existe en effet de multiples modes de gardes pour accompagner les enfants aujourd’hui. Crèche familiale, crèche collective, crèche parentale, crèche d’entreprise : pour trouver le modèle qui vous convient vous devez connaître les différences entre toutes ces formes de crèches !

La crèche collective

Elle correspond au modèle connu de la crèche de ville, celle de votre municipalité. Votre enfant y sera encadré avec d’autres bambins. Ce type de crèche n’est ouvert qu’aux enfants dont les parents travaillent.

La crèche d’entreprise

C’est la crèche mise en place par votre entreprise qui vous permet de faire garder votre enfant à côté de vous pendant les horaires de bureaux. C’est un modèle très apprécié, mais qui n’est malheureusement pas encore proposé partout.

La crèche familiale

Votre enfant est gardé en journée par une assistante maternelle dont les services sont agréés par une crèche. Il est déposé le matin au domicile de l’assistante, en général en compagnie d’un ou deux autres enfants. Il peut se rendre plusieurs fois dans la semaine dans une crèche collective pour sociabiliser avec d’autres enfants du même âge.

La crèche parentale

Une crèche parentale est une crèche créée à l’initiative de parents. Elle est gérée par ces derniers. L’encadrement est composé de professionnels de la petite enfance. Cependant, tous les parents participent activement à la vie de la crèche.

Qu’est-ce qu’une micro-crèche ?

Une micro-crèche accueille généralement des enfants entre 2 mois et 3 ans. De par sa petite taille, sa capacité maximale est de dix enfants. Tous sont regroupés dans une même section. Les micro-crèches sont des concepts entre les crèches traditionnels et l’accueil familial de l’assistante maternelle.

Les micro-crèches sont nées suite à un décret publié en 2010 relatif aux établissements et au services d’accueil des enfants de moins de 6 ans. Elles sont définies par l’article R.2324-17 di Code de la Santé Publique.

Une micro-crèche est soumise au mêmes normes qu’une crèche classique : mêmes règles de sécurité, mêmes règles d’aménagement.

Tout comme dans une crèche classique, les enfants sont encadrés par des professionnels de la petite enfant. On y trouve généralement des profils d’éducateurs spécialisés dans le développement des tout-petits, d’auxiliaires de puériculture spécialistes du soin et de l’hygiène. Le directeur de la micro-crèche travaille le plus souvent avec les enfants, et gère la relation avec les parents.

Parce qu’elles répondent à un besoin pressant des parents, les micro-crèches rencontrent un succès spectaculaire. Elles sont autant d’opportunités pour les entrepreneurs qui souhaitent se lancer dans le marché de la garde d’enfants.

Les conditions d’admission en micro-crèches sont du même ressort que celles des crèches classiques, privées comme publiques. Le seuil des 10 enfants rend cependant les conditions d’accès pas toujours évidentes, car les places se remplissent généralement rapidement.

Les micro-crèches sont reconnues par la CAF (caisse d’allocation familiale).

Quels sont les avantages d’une micro-crèche ?

Les micro-crèches proposent un accueil collectif à taille humaine : l’effectif limité permet en effet aux professionnels de créer une relation véritablement individualisée, respectueuse et intense avec chaque enfant inscrit.

Les micro-crèches apporte un environnement stimulant pour les enfants : expériences ludiques et stimulantes, jeux sensoriels et pratiques, sorties éducatives, activités d’éveil physique et artistique.

Elles proposent des espaces spécialement conçus pour les enfants : des meubles à leur taille, du matériel ludo-éducatif. Leur organisation est pensée pour faciliter les interactions entres enfants de tout âge.

Une micro-crèche offre l’avantage d’apprendre la socialisation aux enfants avant leur entrée à l’école maternelle et primaire, dans un cadre à taille humaine, contrairement à certaines crèches traditionnelles, beaucoup plus peuplées.

Les enfants évoluent dans un cadre balisé de repères qui favorisent le développement, l’éveil et le bien-être. Ils peuvent vivre une expérience dans un lieu adapté à leur échelle, et sécurisé. Regroupés en une section unique, ils peuvent tisser des relations, fondées sur le respect et la confiance en l’autre.

Une micro-crèche rend possible un accompagnement individualisé des enfants, et plus familiale que dans les crèches traditionnelles. Du fait des effectifs réduits, les enfants évoluent en âges mélangés : les bébés et les plus grands font l’expérience de la collectivité.

D’un point de vue pédagogique, du fait du mélange des âges, les plus petits apprennent des plus grands, et les plus grands apprennent à s’occuper des petits, les aider lors des activités ou des repas. Ce cadre permet une réelle interactivité et des échanges enrichis entre les enfants.

Les spécificités des micro-crèches leur apportent une relative souplesse de fonctionnement. Elles peuvent également prétendre offrir un accueil de qualité.

Les micro-crèches offrent donc une première expérience de collectivité aux jeunes enfants et aux parents. De par leur petite structure, les micro-crèches sont naturellement rassurantes.

En résumé, une micro-crèche c’est :

  • Un accueil personnalisé
  • Une meilleure connaissance des enfants
  • Un accompagnement sur mesure

Le financement d’une micro-crèche

La participation au financement d’une micro-crèche se fait autour de deux choix possibles :

  • Le complément de libre choix : il est versé par les parents dans le cadre de la prestation d’accueil du jeune enfant (PAJE). Ce montant d’aide mensuelle est basé sur les revenus de la famille et du nombre d’enfants à charge.
  • Le versement d’une aide au gestionnaire de la micro-crèche : cette aide permet de prendre en charge une partie des frais de fonctionnement de l’établissement.

Les micro-crèches sont la plupart du temps gérées par un gestionnaire privé.

Quels sont les tarifs d’une micro-crèche ?

Les tarifs d’une micro-crèche ne sont pas encadrés. La CAF ne verse d’ailleurs pas nécessairement des aides à tous les établissements. Le coût d’une micro-crèche est généralement plus élevé que celui d’une crèche collective. Les parents peuvent cependant bénéficier du Complément de Libre Choix de Mode de Garde. Cette aide permet de faire baisser le montant de la place (jusqu’ 85% du prix) de leur enfant en crèche.

Pour les tarifs, deux possibilités existent donc :

  • Le CMG (complément de libre de choix du mode de garde). La micro-crèche applique un tarif adapté aux parents percevant une aide financière de la Caf
  • L’application du barème de la CNAF par la souscription à la PSU (Prestation de Service Unique). Cela implique de demander aux parents une participation en fonction du revenu du foyer.

A noter : les micro-crèches qui bénéficient d’une aide d’investissement de la CAF s’engagent à proposer un prix horaire plafonné à 10 euros.

A noter : une famille peut simultanément avoir recours à une micro-crèche et à une garde à domicile. De plus, le cumul du CMG et de la PAJE est également possible sous certaines conditions.

Le personnel encadrant d’une micro-crèche

Une micro-crèche est en général dirigée par un référent technique. Les professionnelles (il s’agit souvent de femmes) qui encadrent les enfants doivent avoir au moins 3 ans d’expérience en tant qu’assistantes maternelles ou 2 ans d’expériences avec les jeunes enfants et un diplôme de niveau V (CAP Petite Enfance, auxiliaire puériculture). La réglementation impose que deux personnes doivent être présentes en permanence pour encadrer les enfants.

En général une micro-crèche emploie trois personnes à plein temps. Une micro-crèche dépend soit d’une collectivité (commune, département) soit d’un établissement public (hôpital), ou encore d’une association ou d’un gestionnaire privé.

A partir du quatrième enfant, un deuxième professionnel doit être présent. En crèche traditionnelle, la règle est qu’il faut une professionnelle pour cinq enfants qui ne marchent pas ou huit enfants qui marchent.

Micro-crèche Crèche
Nombre d’enfants 10 enfants maximum Entre 20 et 50
Normes d’accueil en crèche 1 personne pour 3 enfants

2 personnes dès 4 enfants

1 personne pour 5 enfants qui ne marchent pas

ou

1 personne pour 8 enfants qui marchent

Les professionnels en charge de l’encadrement des enfants dans les micro crèches sont donc :

  • deux assistantes maternelles agréées ;
  • un éducateur qui doit être présent 6 heures par semaine. Il supervise l’équipe pédagogique ;
  • une auxiliaire de puériculture, bien que sa présence ne soit pas obligatoire.

L’inscription en micro-crèche :

Pour pouvoir inscrire son enfant dans une micro-crèche, il est recommandé de contacter l’établissement directement par téléphone ou sur le site par le formulaire d’inscription.

En général, les pièces justificatives sont :

  • Un avis d’imposition
  • Un justificatif de domicile
  • Une photocopie de l’acte de naissance de son enfant
  • Un bulletin de salaire

L’admission dans une micro-crèche peut parfois être conditionnée à certains critères : vivre dans la ville d’implantation de l’établissement par exemple. La priorité donnée à certaines typologies de famille est également fréquemment relevée : enfants handicapées, enfant dont les deux parents travaillent, familles monoparentales.

A noter : au moment de l’inscription, les parents signent un contrat avec l’établissement et non pas avec le personnel encadrant (comme c’est le cas par exemple pour les maisons d’assistantes maternelles).

Chaque micro-crèche possède ses propres conditions d’inscription. Pour connaître le nom des micro-crèches les plus proches de chez vous, vous devez consulter le conseil général de votre département ou faire des recherches en ligne.

Les horaires d’une micro-crèche

Les micro-crèches proposent en général des heures d’ouverture adaptées aux heures de travail des parents, de 8h à 18h30. Certains établissements appliquent malgré tout des horaires plus adaptés, pour être encore plus en phase avec le timing des parents.

Elles ouvrent en général de 1 à 5 jours par semaine.

Qui peut ouvrir une micro-crèche ?

La micro-crèche permet à des professionnels de la garde d’enfants de se regrouper, et de dissiper les effets de l’isolement.

D’un point de vue légal, une micro-crèche peut être créée par

  • Un entrepreneur, une personne physique ou morale
  • Une commune ou un groupement de commune
  • Une région ou un département
  • Un établissement public
  • Un organisme à but non lucratif (tel qu’une association, une fondation)
  • Un organisme à but lucratif (EURL, SARL, SA)

Alors quelles sont les étapes à respecter pour ouvrir votre établissement ?

Mener une étude de marché

Comme pour tout projet de création d’entreprise, ouvrir une micro-crèche suppose que vous meniez une analyse approfondie de votre marché. Le marché des micro-crèches est en très forte hausse depuis 10 ans, et cette hausse devrait naturellement se poursuivre durant les prochaines années. Ce marché représentait ainsi plus 1,3 milliards en 2017. Le marché français est marqué par un très fort déséquilibre entre la demande de place en crèche et l’offre : 1,4 millions de places (en structures collectives et chez les assistantes maternelles) contre 2,3 millions d’enfants. On observe actuellement une forte poussée des micro-crèches dans de nombreux tissus urbains, au point d’être plus présentes que les crèches municipales à certains endroits.

Vous devez également vous assurer que votre projet s’inscrit dans un besoin clairement identifiable de places de crèches dans la zone pressentie. C’est un effet une condition nécessaire pour obtenir des aides de la CAF (indispensables à la viabilité de votre projet).

Opter pour un bon réseau de franchise.

Vous l’avez donc compris : créer et piloter l’activité d’une micro-crèche n’est pas simple. C’est pour cette raison que l’appui d’une franchise est recommandé. Elles apportent leur support sur le recrutement, la formation, l’administratif.

Trouver le bon local pour sa micro-crèche.

Trouver le bon local pour sa micro-crèche est important. Il doit être en effet adapté à la capacité maximal de 10 enfants âgés entre 10 semaines et 6 ans, encadrés par trois adultes.
Le local se doit de respecter les règles des ERP, amendées de règles supplémentaires. L’éclairage et le chauffage doivent être aux normes, les pièces bien aérées. Des pièces pour la sieste doivent être disponibles, tout comme les salles de toilettes, la restauration et les jeux.

Quels sont les critères techniques que doit respecter le local une micro-crèche ?

  • Chaque enfant doit disposer de 10m2 minimum.
  • Une cuisine équipée doit être proposée
  • Une salle d’activité avec 3m2 disponibles par enfant.
  • Un dortoir avec un lit par enfant
  • Une salle d’eau, des toilettes
  • Un espace pour les poussettes

Sur le choix du local, les plans d’aménagement, la conformité aux exigences réglementaires, les réseaux de franchise apportent une aide considérable aux porteurs de projets et garantissent d’obtenir sans problème une autorisation de fonctionnement.

Une autorisation est nécessaire pour pouvoir ouvrir et proposer ses services. Celle-ci est délivrée par le président du conseil général, après avis du médecin départemental de la protection maternelle et infantile (PMI).

Certains éléments doivent être remis dans le dossier de votre projet, afin d’obtenir les aides de la CAF. Parmi ces éléments :

  • Une étude de besoins qui vient expliquer de quelle manière le projet s’intègre dans le tissu local
  • L’adresse de votre future micro-crèche
  • Les statuts de votre établissement
  • La présentation du projet en tant que tel
  • Les principes de fonctionnement du futur établissement
  • Le plan des locaux de la micro-crèche
  • Le budget de fonctionnement
  • L’avis du maire sur les structures privées. Vous devez également joindre les pièces justificatives concernant l’autorisation d’ouverture au public.
  • Le profil de poste et les compétences du référent technique
  • Les modes de participation et d’implication des parents
  • La liste du personnel encadrant avec une copie de leurs diplômes
  • La copie de la déclaration déposée auprès du préfet, prévue pour les établissements de restauration à caractère social.

La soumission du projet est à nouveau facilitée si elle intervient dans un cadre partenarial avec un réseau de franchise. Cela vous épargnera de trop longues procédures administratives.

Le recrutement du personnel encadrant.

Disposer de la bonne équipe est l’une des clés de réussite d’un lancement d’une micro-crèche. D’abord, sachez que vos devez obligatoirement avoir deux personnes dans l’effectif du personnel si votre établissement accueille 4 enfants. De plus, le directeur de l’établissement doit être titulaire d’un doctorat en médecine et d’un diplôme d’Etat de puéricultrice avec trois années d’expérience, mais aussi éducateur de jeunes enfants disposant d’un diplôme d’Etat et trois années d’expérience. Si le directeur ne présente pas tous ces critères, il doit être accompagné d’une personne correspondant à ces exigences. Les salariés en charge de l’encadrement des enfants doivent être titulaires d’une certification de niveau 5 a minima, telle qu’un CAP, un BEP Petite enfance, ou d’un diplôme d’assistants de famille.

L ‘appui d’une franchise est là aussi plus que salutaire : elle vous accompagne dans le recrutement des bonnes personnes, mais vous aide aussi dans la gestion de l’établissement par une personne non diplômée. Les franchises forment également des nouveaux collaborateurs pour proposer à leurs franchisés des profils adéquats pour le développement des établissements.

Faire connaître votre micro-crèche

A ce stade du projet, il faut bien entendu faire connaître l’ouverture de votre micro-crèche et trouver vos futurs clients ! Les franchises sont là aussi des repères de réassurance évidents : elles connaissent le métier et apportent des garanties solides. En particulier pour les parents anxieux de ne pas laisser leurs bambins dans les mains de n’importe qui !

A retenir : l’implantation d’une micro-crèche est d’autant plus facile dans les zones où les besoins de garde se font ressentir, comme dans les zones rurales ou péri-urbaines. Les coûts d’une crèche collective étant parfois trop importants pour une commune, elles sont particulièrement les bienvenues. Certaines communes ne comptent aussi pas forcément suffisamment d’enfants de moins de six ans pour ouvrir une crèche municipale.

Les aides à l’investissement

Une subvention d’investissement est possible jusqu’à 80% du montant total des investissements nécessaires aux projet. Cette aide est limitée selon la nature de places et selon la zone d’implantation de la micro-crèche. Des contreparties sont possibles du côté des gestionnaires, comme par exemple un tarif préférentiel pour les foyers en difficulté, ou un tarif modulé sur les revenus du foyer.

Bien choisir sa micro-crèche

Pour bien choisir sa micro-crèche, vous devez vous poser la question de la distance, de votre emploi du temps, de vos attentes à l’égard. Si vous souhaitez par exemple prendre une part active dans le mode de garde et que votre emploi du temps vous le permet, la crèche parentale est une bonne solution. Si votre emploi du temps est très chargé, les crèches d’entreprise, collectives ou les micro-crèches seront plus adaptées.

A noter : pensez à inscrire votre enfant à la crèche dès la fin de votre grossesse, car les places sont chères !

Les franchises de micro-crèches

Sur le marché de la micro-crèche, l’appartenance à un réseau de franchises est – nous l’avons vu –  un sacré avantage. En effet, il s’agit d’une activité très réglementée nécessitant un cadre strict. En outre une micro-crèche requiert du personnel qualifié, ce qui signifie que votre business model doit être cohérent avec ce besoin. Vous devez également être en mesure de pouvoir anticiper le montant des aides de la CAF, variables et définies selon divers critères.

Plusieurs réseaux de franchises de micro-crèches existent aujourd’hui. Parmi les plus importants :

La cabane d’Achille et de Camille : ce réseau fait le pari de l’expérience pédagogique continu entre la maison et la crèche, le principe d’exploration sensorielle et le soutien aux parents au sein d’un accompagnement épanouissant, conformément aux choix de ces derniers.

Baby Trees : ce réseau propose des micro-crèches bilingues français – anglais, en se reposant sur la méthode pédagogique Montessori.

Les Chérubins : cette franchise propose un accompagnement adapté pour les entrepreneurs sur le marketing, le règlementaire, les finances et l’administratif. L’objectif : aider les jeunes micro-crèches à devenir des entreprises performantes et bien gérées.

Kangourou Kids : ce réseau s’est initialement spécialisé dans la garde d’enfants à domicile avant de lancer son réseau de micro-crèches en 2014.

Citons également Garderisette, Hébé, Au Paradis des Bambins, Les Crèches de Tilio, l’Univers des Petits, Au pays des Enfants.

Vous n’aurez aucun mal, si vous êtes parents, à localiser un réseau proche de chez vous.

 

Les micro-crèches ont donc le vent en poupe ! Si vous souhaitez en faire une nouvelle activité, vous pouvez vous lancer les yeux fermés ! Comme pour tout projet entrepreneurial, certaines démarches sont indispensables. Si vous suivez attentivement nos conseils, vous aurez de grandes chances de vous accomplir dans cette nouvelle aventure professionnelle !

Articles similaires sur Greenkub