Comment réduire son empreinte écologique ? 10 actions pour réduire son impact sur l’environnement

Comment réduire son empreinte écologique

Alors que la crise climatique nous presse d’agir pour l’environnement, la question de l’empreinte écologique individuelle devient centrale dans la pensée écologique de chacun. Pour améliorer son impact environnemental, il n’est pourtant pas nécessaire de tomber dans l’écologie radicale ou punitive. Au contraire, l’écologie fonctionnelle ou rationnelle est pleine de vertus sur le bonheur et le bien-être. Que cela concerne votre maison ou vos habitudes de consommation, nous avons trouvé les meilleures astuces pour vous. Voici 10 exemples d’actions concrètes et ludiques pour réduire votre impact écologique avec le sourire !

Qu’est-ce que l’empreinte écologique ?

L’empreinte écologique mesure la surface de terre et d’océan dont l’humanité a besoin pour régénérer ce que nous consommons chaque année et pour absorber nos déchets. Le Global Footprint Network estime l’empreinte écologique de l’humanité à 1,5 planète. En d’autres termes, nous commençons à consommer le capital de la terre à partir du 29 Juillet. Les activités humaines au-delà de cette date et jusqu’au 31 Décembre constituent ce que l’on appelle la dette écologique.

La régénération des ressources est possible grâce à la biocapacité. Elle se définit par l’ensemble des surfaces biologiquement productives disponibles pour fournir à l’humanité les ressources dont elle a besoin et pour absorber ses déchets.

Pourquoi calculer l’empreinte écologique ?

Calculer l’empreinte écologique de l’humanité au niveau global et local est un bon indicateur pour évaluer notre impact sur l’environnement sans se perdre dans les détails. C’est un indicateur simple, qui nous permet de prendre conscience du coût écologique de notre mode de vie.

Comment calculer son empreinte écologique ?

Le site de référence pour le calcul de l’empreinte écologique est footprintcalculator.org. Le site propose un quizz très ludique avec des questions relatives à l’alimentation, le logement et le type de transports utilisés. Le résultat est exprimé en hectares globaux ou en équivalent en nombre de planètes nécessaires si tous les individus de la planète avaient le même style de vie que soi.

10 actions pour réduire son empreinte écologique

1. Rénover ou agrandir sa maison de manière écologique

rénovation écologique

Construire une maison écologique n’est pas à la portée de tous, mais moderniser sa maison actuelle avec des espaces mieux isolés et mieux intégrés à l’environnement l’est beaucoup plus.

Pour remédier aux déperditions d’énergie qui engendrent une surconsommation de gaz et d’électricité, la rénovation écologique la plus efficace est l’isolation des combles et des sous-sols. Vous gagnerez ainsi jusqu’à 30% d’énergie. Vous pouvez en plus faire le choix d’un prestataire qui utilise des matériaux isolants respectueux de l’environnement comme le chanvre et l’ouate de cellulose.

Si vous avez besoin d’agrandir votre maison, orientez-vous vers une extension de maison en bois ou un studio de jardin en bois sur pilotis. Ces constructions légères renforcent l’isolation de la surface principale et ajoutent une pièce en plus aux dernières normes écologiques (isolation RT 2012, éclairage à LED, toit végétal, construction en bois, etc.). Les studios et les extensions Greenkub ont la particularité de préserver la perméabilité et la biodiversité des sols grâce aux pieux d’ancrage contrairement à une extension élevée sur une dalle en béton. Par ailleurs, les habitations en béton sont très consommatrices de CO2 et d’eau, ce qui n’est pas le cas du bois qui est un piège à carbone naturel. Un studio de jardin permet aussi de profiter de la meilleure exposition possible pour optimiser l’ensoleillement.

Côté jardin, revitalisez la terre autour de votre maison avec un jardin écologique en permaculture ou une serre écologique pour ramener la vie et cultiver des produits savoureux sans engrais chimiques. De nombreuses associations comme les Colibris peuvent vous mettre le pied à l’étrier. Vous participerez ainsi à l’écologie urbaine tout en améliorant votre qualité de vie.

2. Consommer des produits écologiques

produits écologiques

Vous pouvez remplacer la totalité de produits de consommation courante par des produits écologiques équivalents. À vrai dire, vous pourrez nettoyer quasiment toutes les surfaces de votre maison avec seulement 3 produits naturels : du savon noir, du vinaigre blanc et du bicarbonate de soude. Il est également très simple de faire votre lessive vous-même avec la recette suivante :

IngrédientQuantité (pour 1L de lessive)
Savon de Marseille en copeaux50g
Eau1L
Bicarbonate de soude2 cuillères à soupe
Cristaux de soude3 cuillères à soupe
Huiles essentielles10 gouttes

Les produits les plus complexes sont proposés dans les magasins écologiques comme Biocoop et Naturalia sous les labels AB, Ecodétergent, Ecocert, etc. On y retrouve tout des produits ménagers bio aux chaussures écologiques.

Parallèlement à cela, changer les mauvaises pratiques a un réel impact sur l’empreinte écologique des consommateurs. Pour la réduire, il faut par exemple :

  • supprimer les plastiques à usage unique (sacs, pailles, gobelets)
  • acheter des produits nus (sans emballages)
  • éviter les produits manufacturés comme les plats cuisinés
  • retourner les conteneurs (bouteilles consignées et boîtes à œufs)

3. Transférer son épargne vers une éco-banque

eco-banque

L’épargne des ménages français représente la première source d’émission de gaz à effet de serre en France. Comment cela est-il possible ? Sans le savoir, les dépôts des épargnants sont investis par les banques dans des industries fortement émettrices de CO2 comme l’extraction de pétrole, de gaz et de charbon ou l’agriculture intensive. Ces industries sont encore aujourd’hui génératrices de profits très importants dont les banques traditionnelles et les banques en ligne souhaitent tirer parti.

Heureusement, plusieurs éco-banques se sont lancées en France récemment. On compte parmi elles canB, Helios, OnlyOne, bunq, Green Got et la NEF pour ne citer qu’elles. Loin d’être ringardes, ces éco-banques offrent des applications mobiles de premier plan ainsi que des cartes bancaires internationales. En plus de services modernes, elles sont totalement désengagées des industries polluantes et investissent dans des projets écologiques et solidaires partout dans le monde. 

4. Favoriser les circuits courts

circuit court

Pour commencer à changer le monde, il suffit peut-être de faire le marché au coin de sa rue plutôt que dans une grande surface éloignée du centre urbain. Les circuits courts ont d’innombrables vertus :

  • Consommation de produits locaux et de saison qui ont fait peu de transport
  • Financement des agriculteurs et des familles d’agriculteurs localement
  • Suppression des trajets en voiture (économie et réduction des émissions de CO2)
  • Les aliments issus de marchés locaux sont bien souvent plus bénéfiques pour la santé
  • Augmentation de l’emploi local et réduction de l’évasion fiscale opérée par les grands groupes 

Le circuit court est un cercle vertueux pour l’économie, la société et l’environnement.

Le saviez-vous ? Les studios de jardin Greenkub sont conçus en France avec du bois PEFC issu de forêts durablement gérées.

5. Réduire ses déplacements

déplacements

Partir en avion en Amérique du Sud génère 1 tonne de CO2 par passager et ceci ne prend pas en compte le retour ainsi que toute l’activité autour des aéroports… Voyager moins et voyager mieux est donc un levier très efficace pour réduire son empreinte écologique. À la place, faites-vous plaisir en partant à vélo cet été le long des pistes cyclables et des canaux de France. Les pistes balisées EuroVélo sont très fréquentées partout en Europe. Il est donc impossible de se tromper. Pour les randonneurs, les circuits GR sont également époustouflants. Il n’est donc pas utile d’aller à l’autre bout du monde pour être dépaysé.

Côté travail, évitez les déplacements au profit du télétravail. Un bureau de jardin permet de recréer un environnement de travail idéal dans un coin de son jardin. La quasi-totalité des réunions peut maintenant être assurée sur Zoom ou Google Meet surtout quand votre bureau de jardin vous isole de la vie à la maison.

Pour le reste des transports, favorisez les transports en commun qui, en plus de vous permettre de réduire votre empreinte carbone, vous feront réaliser des économies très significatives.

6. Mieux gérer sa consommation d’énergie

énergies écologiques

Réduire son thermostat de 20 à 19°C permet de réduire les émissions de CO2 de 170Kg par an et éteindre complètement les appareils électriques (tv, lampes, etc.) réduit de 110Kg la quantité de CO2 d’un appartement. Ces actions ne nécessitent pas d’effort et, appliquées collectivement, elles permettent d’agir concrètement sur notre empreinte carbone. Pour les appareils qui nécessitent d’être allumés que quelques heures par jour comme la box internet, utilisez un minuteur qui allumera votre wifi le matin et l’éteindra le soir.

Parallèlement à ces bonnes pratiques, vous avez maintenant la possibilité de choisir librement votre fournisseur d’énergie. C’est donc une opportunité pour choisir une électricité verte avec des acteurs comme Enercoop, Panète Oui, Urban Solar, Ilek et Plüm Energie. Ces énergies proviennent d’éoliennes et de fermes solaires pour la plupart.

7. Manger moins de viande

Salade-de-tofu

Manger de la viande implique de supprimer des forêts pour accueillir des élevages, consommer de très grandes quantités d’eau pour produire des céréales et générer du méthane (rejet animal). Ce n’est également pas recommandé par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Remplacer la viande par des produits végétaux simples et bons pour la santé est tout à fait possible sans perdre le plaisir de manger. Le tofu doux, les haricots et les lentilles se cuisinent à toutes les sauces pour un résultat souvent très savoureux. Essayez des restaurants végétariens dans un premier temps pour vous donner l’envie de manger plus de protéines végétales !

8. Recycler, revendre et acheter d’occasion

chaises-recycles

La production de nouveaux objets et emballage est vorace en eau, en pétrole et rejette énormément de CO2. C’est particulièrement le cas pour les vêtements neufs et les automobiles par exemple. Pour parer à cela et vous entourer d’objets avec une vraie âme, tournez-vous vers les objets d’occasion ! Leboncoin.fr et Vinted regorgent de petites pépites pour se faire un style vestimentaire et intérieur pas cher et de bon goût. Sans vous en rendre compte, vous favoriserez une nouvelle fois les circuits courts et vous vous désengagerez des activités écologiques et sociales néfastes qui surviennent en Asie du Sud Est.

Vendez également tout ce que vous n’utilisez pas pour compenser vos achats et faire des heureux partout en France. Tout objet trouve preneur un jour ou l’autre.

Sur le plan des déchets, rendez-vous dans les centres de tri pour éliminer les produits recyclables. Équipez-vous également d’un composteur d’appartement pour transformer les déchets végétaux en engrais biologique.

9. Rejoindre un mouvement écologique

mouvement écologique

Rejoindre un mouvement écologiste (parti politique vert ou communauté écologique) permet non seulement d’être plus actif dans sa démarche de réduction de son empreinte écologique, mais permet aussi de faire des rencontres enrichissantes. Participez à votre printemps écologique avec des gens qui vous ressemblent dans des associations telles que Planète Urgence, Greenpeace, France Nature Environnement et bien d’autres.

Les communautés écologiques se trouvent parfois au coin de la rue dans les coopératives, les AMAPs et tous vos voisins qui agissent sans en faire la promotion. Ils sont plus nombreux que vous ne le pensez !

10. Faire un don à une association

association écologique

Tout le monde ne peut pas donner de son temps pour une cause écologique, mais il existe de nombreuses associations très actives dans les causes environnementales. En plus de celles citées dans le point précédent, vous pouvez faire un don à Agir 21, WWF, Wings of the Ocean, génération écologique, action écologie, planète écologie et bien d’autres. 

En France, les dons aux associations à but non lucratif sont déductibles de l’impôt sur le revenu à hauteur de 75 % pour un don d’un montant inférieur ou égal à 1000 €. La fraction au-delà de 1000 € ouvre droit à une réduction d’impôt de 66 % du montant donné.

La réduction de son empreinte écologique passe nécessairement par un changement de ses habitudes de consommation. Toutefois, ces changements apportent beaucoup de bien être et d’ouverture aux autres. Il ne s’agit donc pas de faire de l’écologie punitive, mais plutôt de créer un cercle vertueux pour l’humanité et l’environnement dont nous faisons intégralement partie. Grâce aux 10 exemples ci-dessus, vous pourrez maintenant réduire très significativement votre impact sur l’environnement sans effort et avec le sourire !

Articles similaires sur Greenkub