L’avenir de l’habitat semble s’orienter vers une révolution durable, où la maison passive devient une étoile montante. Envisagée comme une réponse aux défis environnementaux et énergétiques actuels, la maison passive représente bien plus qu’une simple construction écologique.

Elle incarne une approche révolutionnaire de l’architecture et de la vie domestique. Imaginez une demeure qui, grâce à sa conception ingénieuse, son orientation stratégique et son isolation exceptionnelle, parvient à rester confortablement tempérée tout au long de l’année, avec un minimum d’apport énergétique externe.

C’est la promesse de la maison passive, un concept qui tire pleinement parti du rayonnement solaire et des caractéristiques thermiques de ses matériaux pour réduire drastiquement les besoins en chauffage, même en plein hiver.

La notion de “maison passive” transcende l’idée d’une simple habitation individuelle. Des immeubles d’habitation aux bureaux, en passant par les écoles et les commerces, le concept s’adapte et se métamorphose, offrant une polyvalence surprenante. Il est même possible de transformer des bâtiments existants en forteresses d’efficience énergétique sans altérer leur apparence ou leur superficie.

Ces constructions, véritables chefs-d’œuvre de la bioclimatique, optimisent chaque élément impactant leur bilan thermique, des apports solaires à l’étanchéité à l’air, en passant par l’isolation et la récupération de chaleur.

Le cœur de cette innovation réside dans un système de ventilation mécanique double flux, subtilement intégré, qui assure non seulement un confort thermique optimal mais aussi une qualité d’air intérieur irréprochable. Ce dispositif, loin d’être un simple ajout, se transforme en un véritable système de chauffage actif lors des rares occasions où le climat se montre particulièrement rigoureux.

🧐 Le concept de la maison passive

Qu’est-ce qu’une maison passive ?

Une maison passive

La maison passive, distincte du concept de maison BBC (Bâtiment Basse Consommation), représente une vision avant-gardiste de l’habitation durable et écoénergétique. Elle se distingue par son exceptionnel niveau d’efficacité énergétique, fruit d’une conception réfléchie et de l’emploi de matériaux avancés. Au cœur de cette démarche se trouve une combinaison d’isolation de haute qualité, d’une étanchéité à l’air sans faille, et de systèmes de ventilation mécanique contrôlée (VMC), visant à minimiser la consommation d’énergie nécessaire pour le chauffage, le refroidissement et la ventilation de la maison.

👉 Bon à savoir : cette efficacité énergétique contribue à réduire significativement l’empreinte carbone de l’habitation.

Pour être qualifiée de passive, une maison doit satisfaire à trois critères clés définis par le laboratoire PassivHaus de Darmstadt : ⬇️

  • Un besoin en chauffage inférieur à 15 kWh/m² par an,
  • Une étanchéité à l’air mesurée par un test n50 < 0,6 par heure,
  • Une consommation d’énergie primaire ne dépassant pas 120 kWh/m² par an.

Ces exigences sous-tendent un processus de conception méticuleux, pouvant s’étendre sur 5 à 6 mois, où l’orientation de la maison est optimisée pour capter le maximum de lumière solaire en hiver tout en se protégeant de la chaleur en été, à l’aide de dispositifs tels que des casquettes solaires ou des brise-soleil orientables.

La maison passive excède le standard BBC par ses besoins énergétiques réduits, offrant à ses occupants la possibilité de diminuer considérablement leurs dépenses en électricité et gaz. Grâce à une conception intégrant des matériaux et équipements spécifiques, comme des fenêtres et des systèmes de chauffage conçus pour retenir la chaleur, ainsi qu’une isolation optimisée pour toutes les saisons, la maison passive se caractérise par sa capacité à s’autoréguler tout au long de l’année.

L’écart entre les standards BBC et passifs est notable, le premier exigeant un besoin énergétique inférieur à 50 kWh/m² par an, tandis que la maison passive limite ce besoin à 15 kWh/m². Bien que les habitudes de vie des occupants puissent influencer ces chiffres, pour l’obtention du label de maison passive, seule l’énergie nécessaire au chauffage est prise en compte.

L’idée de la maison passive trouve son origine dans un projet allemand lancé en 1988 par l’institut Wohnen und Umwelt, avec l’ambition de concevoir une maison énergétiquement autonome. Le premier prototype, réalisé en 1991 en collaboration avec l’université de Lund en Suède, intégrait déjà des solutions pour le recyclage de l’énergie solaire à l’intérieur de l’habitat, grâce à des techniques et matériaux innovants.

L’origine des maisons passives

Maison passive et approche bioclimatique

La genèse des maisons passives remonte aux préoccupations croissantes des années 1970 concernant la qualité de l’air intérieur, souvent inférieure à celle de l’extérieur, et l’énergie consommée pour son renouvellement. L’amélioration de la ventilation permanente des bâtiments tout en optimisant la consommation énergétique pour le chauffage s’est avérée une nécessité tant pour des raisons sanitaires qu’économiques et écologiques.

L’idée fondatrice derrière le concept de maison passive, notamment promu par le Passivhaus Institut en Allemagne, était d’explorer si la ventilation mécanique contrôlée (VMC) double flux, grâce à un échangeur de chaleur performant, pouvait non seulement renouveler l’air mais aussi chauffer l’habitation de façon suffisante, remplaçant ainsi les systèmes de chauffage traditionnels coûteux.

Cette réflexion a conduit à l’élaboration de modèles thermodynamiques complexes dès les années 1980, afin de tester la faisabilité de bâtiments à très basse consommation où le confort thermique serait maintenu par une puissance de chauffage minimale.

La conception d’une maison passive intègre une multitude de facteurs : ⬇️

  • L’architecture du bâtiment et son intégration avec l’environnement,
  • Les caractéristiques d’une maison bioclimatique,
  • Les apports solaires,
  • L’usage de matériaux avec une transmission et absorption thermiques optimisées,
  • Des équipements de haute qualité comme les fenêtres triple vitrage et une VMC double flux efficace.

Le défi résidait dans la maîtrise de tous ces éléments – de l’architecture à la conception, en passant par le choix des matériaux et la qualité de construction – pour assurer une étanchéité à l’air et éliminer les ponts thermiques.

👉 Bon à savoir : Le système de VMC double flux s’est révélé clé non seulement pour le chauffage mais aussi pour le rafraîchissement de l’air durant les périodes de canicule, grâce à l’échange thermique avec l’air vicié plus frais.

Les résultats de ces études ont permis d’établir des critères de performance et des méthodes de calcul simplifiées pour garantir confort et efficacité énergétique à moindre coût. Depuis les années 1990, le respect de ces critères, tant pour les constructions neuves que rénovées, et leur conformité lors des demandes de certification, ne peuvent être assurés que par l’utilisation de cet outil, garantissant l’authenticité du label Passivhaus à travers une certification rigoureuse.

👉 Bon à savoir : Ces avancées ont abouti à la création du « Passive House Planning Package » (PHPP) par le Passivhaus Institut, un outil de calcul thermique spécifiquement conçu pour les maisons passives

Les critères du label PassivHaus

Les critères primordiaux du label Passivhaus, établis à l’aide des calculs PHPP, s’appliquent autant aux constructions neuves qu’aux rénovations. Ils portent sur la puissance maximale de chauffage actif et le besoin spécifique de chauffage annuel.

Pour qu’un nouveau bâtiment soit qualifié de passif : ⬇️

  • Le besoin spécifique de chauffage annuel doit être inférieur à 15 kWh/m2 de surface habitable.
  • La puissance maximale de chauffage actif doit être maintenue à environ 10 W/m2 de surface habitable pendant les jours les plus froids de l’année.

👉 Bon à savoir : Le respect d’un seul de ces critères suffit pour qu’un édifice soit considéré comme à très faible consommation énergétique.

Dans les régions froides comme le nord de la France et en montagne, il est généralement possible de respecter simultanément ces deux critères. En revanche, dans les climats chauds tels que le sud de la France, seul le critère du besoin de chauffage est souvent atteignable pour limiter les coûts de construction.

Ces conditions peuvent être respectées uniquement si l‘étanchéité à l’air du bâtiment est d’au moins quatre fois supérieure à celle requise par la norme RE2020, ce qui est vérifié par un test d’infiltrométrie indépendant.

Par ailleurs, afin d’optimiser le confort estival et de réduire le recours à la climatisation, la durée annuelle cumulée pendant laquelle la température intérieure dépasse 25°C est limitée à environ 1,2 mois par an. Lorsque nécessaire, le critère de la climatisation est aligné sur celui du chauffage.

Enfin, les besoins annuels en énergie primaire ne doivent pas dépasser 120 kWh/m2 habitable afin de décourager l’utilisation excessive de l’effet Joule et d’encourager l’adoption d’énergies renouvelables plus respectueuses de l’environnement.

Critère Valeur cible
Besoins de chaleur ≤ 15 kWh/m²SHab/an ou ≤ 10 W/m²SHab
Besoins tous confondus en énergie primaire ≤ 120 kWh/m²SHab/an
Etanchéité à l’air (n50) ≤ 0,6 V/h
Fréquence des surchauffes (T>25°C) ≤ 10%
Besoin de climatisation ≤ 15 kWh/m²SHab/an

Les critères pour les rénovations passives sont moins stricts que pour les constructions neuves, étant donné que certains ponts thermiques ne peuvent pas être éliminés et que l’étanchéité à l’air ne peut pas toujours atteindre le même niveau de performance.

La conception du confort thermique

Dans une approche conventionnelle de la construction, la responsabilité de garantir le confort thermique en hiver revient souvent à l’entreprise en charge du système de chauffage. Elle doit concevoir un système surdimensionné pour maintenir une température minimale de 19°C, même lors des périodes exceptionnellement froides, ce qui entraîne souvent une surconsommation énergétique.

Les constructions passives, qu’elles soient neuves ou rénovées, adoptent une approche différente. Plutôt que de compenser les pertes de chaleur par une production de chauffage accrue, elles éliminent ces défauts thermiques dès la conception, ce qui permet de réduire considérablement la consommation énergétique tout en offrant un confort supérieur.

👉 Bon à savoir : Dans une maison passive, les caractéristiques thermiques sont soigneusement définies dès le début du projet pour assurer un confort optimal, généralement à une température de 20°C, avec une ventilation mécanique contrôlée à double flux comme seul système actif de distribution de chaleur.

Le véritable défi pour qu’une maison soit passive réside dans sa conception initiale, plutôt que dans sa réalisation ultérieure. Le concept de bâtiment passif, développé par le Passivhaus Institut, représente l’apogée en matière de performance énergétique, de confort et d’efficacité économique. Il intègre une multitude de principes thermiques pour garantir un confort constant, même lors de conditions climatiques extrêmes, tout en minimisant la dépendance aux énergies non renouvelables.

👉 Bon à savoir : Contrairement à une idée largement répandue, une maison passive n’est pas une maison sans chauffage, mais plutôt une maison où le système de chauffage conventionnel est remplacé par une ventilation mécanique contrôlée à double flux. Les économies réalisées grâce à l’absence de ce système traditionnel peuvent être réinvesties dans d’autres aspects du projet.

L’augmentation continue du coût de l’énergie renforce l’argument économique en faveur des constructions passives. À mesure que l’énergie devient plus chère, ces solutions deviendront de plus en plus attrayantes, voire incontournables à long terme.

🚰 Les équipements d’une maison passive

Les équipements d'une maison passive

Une maison passive réduit considérablement le besoin de chauffage par rapport aux normes RE20201, le divisant par 4, voire par plus de 10 par rapport aux constructions plus anciennes. De même, elle parvient à réduire drastiquement les besoins en énergie pour l’eau chaude sanitaire.

Les équipements traditionnels tels que les chaudières, les radiateurs à eau chaude, les convecteurs électriques, les cumulus, les cheminées et les poêles sont progressivement écartés au profit de solutions plus modernes. Ces équipements obsolètes pourraient bien devenir des reliques exposées, illustrant ce qu’il ne faut plus faire et les conséquences de leur utilisation passée.

Dans une maison passive, les équipements sont spécifiquement adaptés à une construction de haute performance énergétique. Ils contribuent à réduire au minimum les besoins énergétiques et améliorent le confort tout en réduisant les factures d’énergie.

Ces équipements sont conçus pour tirer parti des énergies renouvelables, distribuées, gratuites et respectueuses de l’environnement, telles que : ⬇️

  • Récupération de chaleur issue du renouvellement de l’air ou de l’eau des douches.
  • Utilisation de la chaleur solaire pour le chauffage et la production d’eau chaude sanitaire.
  • Exploitation de l’inertie thermique fournie par des systèmes tels que le puits climatique, le puits canadien en hiver et le puits provençal en été, assurant des températures intérieures stables toute l’année.
  • Utilisation de la chaleur produite par les occupants et les équipements domestiques.

👉 Bon à savoir : Ces sources d’énergie, bien que relativement faibles pour une utilisation conventionnelle, sont généralement suffisantes pour maintenir un confort thermique constant dans une maison passive, dépassant souvent celui des constructions traditionnelles.

Pour concevoir une maison passive ou tout bâtiment visant une haute performance énergétique, une variété d’équipements est nécessaire, voire indispensable : ⬇️

  • Système de ventilation mécanique contrôlée double flux à haut rendement, équipé d’un échangeur de chaleur pour préchauffer l’air entrant en hiver et le prérafraîchir en été, sans recourir à une source de chaleur externe.
  • Menuiseries triples vitrages spécialement conçues pour réduire les pertes de chaleur et optimiser les apports solaires, tout en permettant une ventilation naturelle efficace en été.
  • Dispositifs de protection solaire, tels que des pare-soleil ou des volets roulants, pour éviter les surchauffes estivales.
  • Batterie hydraulique mixte pour conditionner l’air ventilé, couplée à des systèmes de préchauffage et de rafraîchissement passifs, comme un puits canadien hydraulique et un puits provençal hydraulique. Un chauffe-eau solaire individuel pour produire de l’eau chaude à partir de capteurs solaires thermiques.
  • Récupérateur de chaleur sur l’eau pour préchauffer l’eau utilisée dans les douches.
  • Panneaux photovoltaïques pour produire de l’électricité verte et compenser la consommation énergétique du bâtiment.
  • Systèmes de stockage écologique de la chaleur et de l’électricité produites.
  • Régulateur programmable pour optimiser les performances énergétiques de l’ensemble.

En combinant ces équipements, le concept de maison passive évolue vers celui d’un bâtiment à énergie positive, capable de produire plus d’énergie qu’il n’en consomme, s’approchant ainsi de l’autonomie énergétique.

Maison passive avec des panneaux photovoltaïques

📝 Labelliser sa maison passive

Bien que l’existence d’un label officiel pour les maisons passives ne soit pas reconnue par les autorités publiques, il est possible de faire labelliser sa maison passive par le biais de certifications délivrées par des organismes tels queLa maison passive France“.

Ces certifications, appelées Passivhaus (pour les nouvelles constructions) et EnerPHit (pour les rénovations), garantissent le respect de critères essentiels, notamment : ⬇️

  • Pour les nouvelles constructions : une consommation de chauffage inférieure à 15 kWh/m2/an, une consommation d’énergie primaire totale inférieure à 120 kWh/m²/an, une étanchéité à l’air inférieure à 0,6 mètre cube par mètre carré et par heure, ainsi qu’une température intérieure supérieure à 25 °C.
  • Pour les rénovations : une consommation de chauffage inférieure à 25 kWh/m2/an, une consommation d’énergie primaire totale inférieure à 120 kWh/m²/an, une étanchéité à l’air inférieure à 1 mètre cube par mètre carré et par heure.

Le processus de labellisation Passivhaus pour les nouvelles constructions ou EnerPHit pour les rénovations se déroule en deux étapes : ⬇️

  • À la fin de la phase de conception, sur la base du dossier complet et de l’étude thermique, un rapport intermédiaire est réalisé par le certificateur, permettant d’optimiser certains points de construction.
  • À la fin de la phase de construction, le certificateur valide ou émet un avis négatif par rapport au dossier de conception validé lors de la première phase.

👉 Bon à savoir : Le coût du label Passivhaus pour les nouvelles constructions ou EnerPHit pour les rénovations dépend du type de projet et est établi sur la base d’un devis personnalisé.

Vous disposez de quatre options de label Passivhaus pour les nouvelles constructions, en fonction de vos besoins et objectifs de performance énergétique : ⬇️

  • Le label “Bâtiment Passif Classique”, qui constitue le label de base et est le plus couramment choisi par les particuliers. Il respecte les quatre critères techniques de base mentionnés précédemment.
  • Le label “Bâtiment Passif Plus”, qui intègre les quatre critères de base ainsi qu’une production d’énergie issue des énergies renouvelables d’au moins 60 kWh/m2/an.
  • Le label “Bâtiment Passif Premium”, qui comprend les quatre critères de base ainsi qu’une production d’énergie issue des énergies renouvelables d’au moins 120 kWh/m2/an.
  • Le label “Base”, destiné aux bâtiments à faible consommation d’énergie qui ne peuvent atteindre le standard du label “Maison Classique Standard”, mais qui présentent néanmoins quelques éléments de performance, notamment une consommation d’énergie pour le chauffage inférieure à 30 kWh/m2/an.

📌 7 étapes pour rendre sa maison passive

Diagnostic énergétique de son habitation

Maison passive en construction

Pour convertir votre maison en une maison passive, la première étape consiste à effectuer un audit énergétique approfondi. Cette évaluation thermique vous permettra d’identifier précisément les points faibles de votre habitation et de déterminer les travaux prioritaires à entreprendre.

Pour être qualifiée de maison passive, votre habitation doit répondre aux critères définis par le label EnerPhit : ⬇️

  • Le besoin de chauffage de votre logement doit être inférieur à 25 kWh d’énergie utile par mètre carré et par an. La demande d’énergie primaire doit être inférieure à 120 kWh d’énergie utile par mètre carré et par an.
  • La fréquence de surchauffe intérieure doit être inférieure à 10 % du temps au cours d’une année.
  • La perméabilité à l’air de l’enveloppe doit être inférieure ou égale à 0,6 volume par heure.

Voici un témoignage de Thierry Martin, président de la société ABM Énergie Conseil, spécialisée dans les études thermiques et environnementales au sujet de l’audit énergétique : ⬇️

Lorsqu’un client sollicite un audit énergétique, notre équipe se rend sur place pour évaluer les travaux prévus et réaliser des relevés détaillés sur l’état du bâtiment et ses systèmes de chauffage. Grâce à des outils de calcul avancés, nous analysons les pertes de chaleur du bâtiment en fonction de divers éléments tels que l’isolation des murs et des planchers. Ces données nous permettent d’estimer les consommations énergétiques actuelles et de recommander des travaux pour les réduire et améliorer le confort thermique. 

L’évaluation des performances énergétiques d’une habitation nécessite la prise en compte de plusieurs facteurs, notamment l’efficacité de l’isolation, le type de système de chauffage utilisé et les besoins spécifiques des occupants. En recourant à un expert pour réaliser un audit énergétique, les propriétaires peuvent obtenir une analyse précise des zones de déperdition thermique et une simulation des économies potentielles résultant des solutions envisagées. 

Il est fortement recommandé de confier l’audit énergétique ainsi que les travaux ultérieurs à un professionnel certifié RGE (Reconnu Garant de l’Environnement), un label délivré exclusivement par les autorités publiques, garantissant ainsi la qualité et la fiabilité des prestations.

👉 Bon à savoir : Malgré des travaux de rénovation importants, des facteurs tels que l’emplacement de la maison, son orientation ou son architecture peuvent rendre difficile l’atteinte des niveaux requis.

L’amélioration de son isolation thermique

Dans une approche de maison passive, l’absence de système de chauffage est caractéristique. Pour atteindre cet objectif, il est crucial d’éliminer les ponts thermiques et les déperditions de chaleur de votre habitat, et cela commence par une isolation thermique efficace !

Une étape essentielle consiste à isoler les combles perdus, car cette zone représente à elle seule environ 30 % des pertes thermiques de votre maison. Ensuite, enveloppez votre habitation dans une enveloppe isolante en traitant les murs, qui contribuent à environ 20 % des déperditions, et enfin, les sols.

👉 Bon à savoir : En réalisant ces travaux, vous empêchez la chaleur de s’échapper vers l’extérieur et empêchez également les infiltrations d’air extérieur.

Le résultat ? Une amélioration significative de votre confort thermique à l’intérieur de votre domicile !

Le remplacement des fenêtres

Intérieur d'une maison passive

Les surfaces vitrées de votre maison représentent environ 15 % des pertes thermiques. Pour répondre aux normes d’une maison passive, il est donc essentiel de remplacer vos fenêtres simple vitrage par des modèles double ou triple vitrage.

Le coefficient de transmission thermique de la fenêtre, représenté par Uw (châssis + vitrage), doit être inférieur à 0,8 W/m²K pour une performance optimale, tandis qu’une fenêtre de qualité supérieure en double vitrage se situe plutôt autour de 1,1 W/m²K.

Par ailleurs, le facteur solaire G, qui mesure la capacité de la fenêtre à laisser passer la chaleur du soleil, doit être supérieur à 50 % pour assurer des apports solaires passifs satisfaisants. Enfin, une attention particulière doit être portée à la qualité de la jonction entre le bâti et le châssis pour obtenir des résultats optimaux.

En outre, pour tirer le meilleur parti de l’apport solaire, vous pouvez agrandir vos ouvertures vers l’extérieur et installer des baies vitrées orientées vers le sud. Cela vous permettra de bénéficier pleinement de la lumière naturelle.

L’installation d’un nouveau système de ventilation

La caractéristique principale d’une maison passive est son absence totale de système de chauffage ou de climatisation conventionnels. Pour maintenir une température agréable, il est crucial d’installer un système de ventilation efficace. La solution privilégiée est la ventilation mécanique contrôlée (VMC) double flux.

Ce dispositif récupère les calories de chaleur présentes dans l’air vicié pour les transférer à l’air entrant, assurant ainsi le renouvellement de l’air tout en le réchauffant. Grâce à cette méthode, vous pouvez réaliser des économies d’énergie allant jusqu’à 15 % sur vos factures tout en maintenant un confort thermique optimal.

Le remplacement du système de production d’eau chaude

Construction intérieur d'une maison passive

Dites adieu à votre ancien ballon d’eau chaude énergivore ! Pour atteindre le statut de maison passive, son remplacement est impératif. Optez pour un système alimenté par des énergies renouvelables, offrant des performances optimales et vous permettant de réaliser des économies d’énergie : ⬇️

  • Le chauffe-eau thermodynamique : composé d’un ballon d’eau chaude et d’une pompe à chaleur air-eau.
  • Le chauffe-eau solaire individuel : fonctionnant grâce à des panneaux solaires thermiques qui chauffent l’eau contenue dans un cumulus.

L’installation des panneaux solaires

Maison passive avec des panneaux solaires

Votre démarche de transformer votre domicile en une maison passive est déjà bien avancée. Mais pourquoi ne pas aller encore plus loin en produisant votre propre énergie ? Rien de tel que l’énergie solaire pour cela ! En installant des panneaux solaires photovoltaïques, vous pouvez exploiter la lumière du soleil pour générer votre propre électricité et devenir totalement autonome.

Voici le témoignage de François sur son installation photovoltaïque et sur l’autoconsommation solaire : ⬇️

Je suis François et je souhaite partager mon expérience avec mon installation photovoltaïque à Générac, dans le Gard. Confronté à des factures d’électricité en constante augmentation, j’ai décidé d’opter pour l’autoproduction en installant 27 panneaux solaires connectés à un tableau électrique. 

L’autoconsommation, c’est le fait de consommer l’électricité produite par ses propres panneaux solaires. Pour en tirer le meilleur parti, il est conseillé d’utiliser les appareils électriques comme le lave-linge, le ballon d’eau chaude ou la recharge de sa voiture électrique durant les heures les plus ensoleillées, généralement entre 11h et 16h. Cette optimisation permet de consommer jusqu’à 60% de l’électricité produite par les panneaux photovoltaïques. 

Le reste, soit 40% de l’électricité, constitue un surplus pouvant être revendu au réseau de distribution ou stocké dans des batteries pour une utilisation ultérieure. L’intérêt ne réside pas seulement dans la revente, mais aussi dans le fait de ne plus avoir à acheter de l’électricité au prix habituel du réseau. 

Cette aventure m’a passionné, et je surveille attentivement ma production grâce à une application dédiée. En novembre, mes panneaux ont produit entre 0 et 30 kWh, selon l’ensoleillement. J’espère qu’ils seront bien plus performants pendant l’été, peut-être même le double.

🏦 Obtenir des aides financières

Les travaux pour convertir votre maison en une maison passive peuvent bénéficier de plusieurs aides à la rénovation, ce qui peut considérablement réduire vos coûts. Voici quelques-unes des possibilités auxquelles vous pouvez prétendre : ⬇️

  • MaPrimeRénov’ de l’Agence nationale de l’habitat (Anah), offrant jusqu’à 20 000€ en fonction de vos revenus ;
  • Le programme MaPrimeRénov’ Sérénité de l’Anah, proposant jusqu’à 30 000€ pour vos travaux ;
  • L’éco-prêt à taux zéro, permettant d’emprunter jusqu’à 30 000 € sur 20 ans ;
  • La TVA réduite à 5,5 %, directement appliquée sur votre facture.

🏡 Comparatif d’une maison passive et d’une maison BBC

Depuis son émergence dans les années 1990, la maison passive n’est pas réglementée par les autorités françaises, mais son concept et ses contraintes de construction s’inspirent du label PassivHaus, réglementé en Allemagne pour promouvoir les habitations à faible consommation d’énergie.

En France, les initiatives issues du Grenelle de l’Environnement au milieu des années 2000 ont conduit à l’émergence de la maison basse consommation, ou la maison BBC, qui répond à des objectifs de sobriété énergétique, intégrés dans la réglementation thermique de 2012 (RT 2012).

👉 Bon à savoir : Contrairement à la maison passive, la maison BBC est inscrite dans la législation et doit respecter des normes de performance énergétique.

Comparons maintenant les critères d’éligibilité pour obtenir le label BBC encadré par la RT 2012 et le label Passivhaus ou maison passive : ⬇️

Critère Maison basse consommation (BBC) Maison passive
Consommation d’énergie primaire – RT 2012 : inférieure à 50 kWh/m².

– RT 2020 : inférieure à 12 kWh/m².

– Inférieure à 15 kWh/m² pour le chauffage.

– Inférieure à 120 kWh/m² en globalité (chauffage inclus).

Étanchéité à l’air 0,6 m³/(m².h) pour une maison individuelle 0,6 m³/(m².h) pour une maison individuelle
Température intérieure Non spécifiée Une température intérieure constante avec un maximum de 10 % de jours dépassant 25 °C

Grâce à la réglementation thermique RT 2012, la maison basse consommation est devenue la norme de construction en France depuis 2013. Cependant, avec l’introduction de la RT 2020, la distinction entre maison passive et maison basse consommation s’est estompée.

Cette nouvelle réglementation thermique fixe des objectifs de performance énergétique quatre fois plus ambitieux que ceux des constructions traditionnelles :

  • Une consommation annuelle d’énergie pour le chauffage inférieure à 12 kWh/m²,
  • Une consommation annuelle d’énergie primaire inférieure à 100 kWh/m².

Ainsi, les caractéristiques principales de la maison passive sont intégrées à la RT 2020, contribuant à façonner l’avenir de l’habitat en France vers des bâtiments à énergie positive (BEPOS), produisant plus d’énergie qu’ils n’en consomment.

🏠 Comparatif d’une maison passive et d’une maison RT2012

Explorons maintenant les différences entre une maison conforme à la réglementation thermique RT 2012 et une maison passive. Bien que cette approche soit simplifiée, chaque projet étant unique, elle offre néanmoins un aperçu des deux options pour prendre des décisions éclairées : ⬇️

Prestations RT 2012 Maison passive
Exigences Consommation : 50 kWh/m²/an
Etanchéité à l’air : 0.6 m³/h/m²
Consommation : 15 kWh/m²/an
Etanchéité à l’air : 0.16 m³/h/m²
Certification RT 2012 Passivhaus
Bâti Isolation murs : Intérieure
Isolation sol : 15 cm
Isolation combles : 25 à 40 cm
Fenêtres : Double vitrage
Isolation murs : Extérieure (20 à 30 cm)
Isolation sol : 20 à 25 cm
Isolation combles : 40 cm
Fenêtres : Triple vitrage
Systèmes Ventilation : Simple flux
Chauffage : Principal
Eau chaude : Solaire ou thermodynamique
Ventilation : Double flux
Chauffage : Appoint
Eau chaude : Solaire ou thermodynamique
Aspects pratiques Confort hiver : Bon
Confort d’été : Aléatoire
Factures énergie : 1000€
Prix TTC au m² : 1300 à 1700€
Confort hiver : Excellent
Confort d’été : Excellent
Factures énergie : 500€
Prix TTC au m² : 1500 à 2000€

✅ Avantages d’une maison passive

  • Performance énergétique exceptionnelle : Les maisons passives se distinguent par leur efficacité énergétique remarquable. Grâce à une isolation de qualité supérieure (toiture, murs, combles), à des fenêtres à triple vitrage et à une étanchéité à l’air rigoureuse, ces habitations minimisent les pertes de chaleur en hiver tout en préservant la fraîcheur en été. Les occupants bénéficient ainsi de factures d’énergie nettement réduites, ce qui constitue un avantage financier majeur.
  • Confort thermique et acoustique optimal : La remarquable isolation des maisons passives assure un confort thermique exceptionnel. Les variations de température à l’intérieur sont minimisées, créant un environnement intérieur agréable et stable tout au long de l’année. De plus, cette isolation de qualité contribue également à atténuer les nuisances sonores extérieures, offrant ainsi une atmosphère intérieure calme et paisible.
  • Qualité de l’air intérieur améliorée : Les maisons passives sont équipées de systèmes de ventilation sophistiqués qui assurent un renouvellement constant de l’air intérieur. Cela garantit une meilleure qualité de l’air en éliminant les polluants, les allergènes et l’excès d’humidité, ce qui peut avoir des effets positifs sur la santé et le bien-être des occupants.
  • Impact environnemental réduit : Grâce à leur efficacité énergétique, les maisons passives présentent une empreinte carbone considérablement réduite par rapport aux habitations traditionnelles. La réduction de la consommation d’énergie contribue à la préservation des ressources naturelles et à la réduction des émissions de gaz à effet de serre, jouant ainsi un rôle crucial dans la lutte contre le changement climatique.
  • Durabilité et valorisation du patrimoine immobilier : Les maisons passives sont conçues pour être durables et résistantes, ce qui peut leur conférer une durée de vie plus longue que celle des habitations conventionnelles. De plus, leur accent sur l’efficacité énergétique et la réduction de l’empreinte environnementale peut potentiellement accroître la valeur de la propriété sur le marché immobilier, en raison de la demande croissante pour des logements respectueux de l’environnement.

❌ Inconvénients d’une maison passive

  • Coût initial plus élevé : Les maisons passives peuvent entraîner un coût initial plus élevé en raison de l’utilisation de matériaux de haute qualité, d’une isolation supérieure et de systèmes de ventilation sophistiqués. Ces dépenses supplémentaires peuvent être compensées à long terme par les économies d’énergie réalisées.
  • Besoin d’une conception spécialisée : Concevoir une maison passive nécessite une expertise spécialisée pour garantir son efficacité énergétique et son confort. Cela peut entraîner des défis supplémentaires et des coûts liés à l’embauche de professionnels qualifiés dans ce domaine.
  • Sensibilité à l’orientation et à l’emplacement : Pour une efficacité maximale, les maisons passives doivent être correctement orientées par rapport au soleil et situées dans des environnements appropriés. Les contraintes liées à l’emplacement et à l’orientation peuvent limiter les options de conception et restreindre le choix du terrain.
  • Adaptation au climat local : Une maison passive doit être adaptée au climat local pour optimiser son efficacité. Cela nécessite une personnalisation minutieuse en fonction des conditions climatiques spécifiques de la région où elle est construite.
  • Isolation thermique : Dans les climats froids, une isolation renforcée est essentielle pour minimiser les pertes de chaleur en hiver, tandis que dans les climats chauds, une isolation adéquate doit être accompagnée de méthodes de refroidissement passif efficaces pour éviter la surchauffe.
  • Orientation : L’orientation de la maison par rapport au soleil est cruciale. Dans les régions froides, l’exposition au soleil est maximisée pour le chauffage passif, tandis que dans les régions chaudes, elle est minimisée pour éviter la surchauffe.
  • Étanchéité à l’air : L’étanchéité à l’air doit être adaptée au climat. Dans les régions froides, une étanchéité accrue est nécessaire pour éviter les infiltrations d’air froid, tandis que dans les régions chaudes, une étanchéité excessive peut piéger la chaleur.
  • Adaptation aux modes de vie : La conception spécifique d’une maison passive peut limiter la flexibilité en termes d’aménagement intérieur, ce qui peut poser des défis lors de modifications structurelles ou de rénovations importantes.
  • Investissement en temps : La conception et la construction d’une maison passive peuvent prendre plus de temps en raison de l’attention minutieuse requise pour garantir une performance optimale. La recherche de professionnels qualifiés et la coordination des différentes étapes du projet peuvent également prolonger la durée totale du processus.

💰 Le prix d’une maison passive

Maison passive moderne

La création d’une maison passive nécessite une approche spécifique, impliquant des choix de matériaux et d’équipements hautement performants ainsi que l’intervention de professionnels qualifiés. Cette exigence entraîne naturellement un coût supérieur par rapport à une construction traditionnelle, avec un surcoût moyen estimé entre 20 à 30 %.

Toutefois, il est crucial de considérer ce prix comme un investissement à long terme, car les économies d’énergie réalisées se traduiront par des réductions significatives des factures d’électricité et/ou de gaz.

L’obtention d’un label de certification, comme le label Passivhaus, peut également ajouter des frais supplémentaires. En moyenne, le coût de revient d’une maison passive se situe entre 1500 €/m² et 2000 €/m², tandis qu’une maison conforme à la RT2012 peut osciller entre 1300 €/m² et 1700 €/m².

Pour illustrer, sur une surface de 100 m² et en considérant des tarifs moyens : ⬇️

  • Le coût total d’une maison passive serait d’environ 170 000 €,
  • Le coût total d’une construction traditionnelle serait d’environ 150 000 €, soit une différence de 20 000 €.

Les économies annuelles de chauffage pour une maison passive sont généralement de l’ordre de 500 € par rapport à une maison RT 2012, ce qui correspond à un temps de retour sur investissement estimé à environ 40 ans.

Il est toutefois important de prendre en compte d’autres facteurs, tels que l’augmentation potentielle du coût de l’énergie, les dépenses liées à la maintenance et au remplacement du matériel de chauffage, ainsi que le confort accru offert par une conception passive. Des solutions existent pour réduire les coûts, comme la non-obligation de certification Passivhaus ou l‘adaptation des critères techniques pour s’approcher du niveau passif sans compromettre la qualité globale.

La rentabilité d’une maison passive dépendra en grande partie de la capacité à maîtriser les coûts tout en garantissant un niveau élevé de performance énergétique. Il est donc recommandé de réaliser plusieurs estimations pour évaluer au mieux la viabilité financière de votre projet de construction.

🎤 Témoignage de propriétaire d’une maison passive

Découvrez le témoignage d’une propriétaire d’une maison passive, construite par un entrepreneur affilié à l’association Passion Passive Développement : ⬇️

Comment est né votre projet de maison individuelle ?

“Depuis un certain temps, nous avions en notre possession un terrain à bâtir dans une commune du Doubs. La construction d’une maison était un projet de longue date que nous attendions de réaliser, surtout maintenant que nos enfants sont plus grands. Initialement, nous envisagions de construire une maison classique. Cependant, après avoir pris connaissance des différentes réglementations thermiques en vigueur et à venir (RT 2012 et RT 2020), nous avons réalisé que vivre dans une maison passive était une option intéressante.”

Quels sont, selon vous, les principaux avantages d’une maison passive ?

“Pour moi, le principal avantage réside dans le confort de vie. À l’intérieur, grâce à la VMC double flux, la température reste constante, éliminant les écarts de température entre les pièces et les courants d’air. De plus, les larges baies vitrées offrent une abondante lumière naturelle, ce que nos visiteurs remarquent immédiatement. Enfin, l’isolation phonique est optimale grâce au triple vitrage, ce qui est crucial car notre maison est située près d’une route fréquentée.”

Les économies d’énergie sont-elles réelles ?

“Il est encore trop tôt pour le dire, mais selon nos estimations, nos factures d’électricité devraient être réduites de moitié. Depuis notre emménagement, nous n’avons jamais eu besoin d’allumer le chauffage d’appoint (deux petits radiateurs dissimulés dans le plafond), et grâce à la lumière naturelle optimisée, nous utilisons moins souvent l’éclairage électrique. La gestion simple des brise-soleil à l’aide d’une télécommande nous promet un confort supplémentaire pendant l’été.”

🏆 Alternative à la maison passive

Dans le secteur de l’habitat compact et respectueux de l’environnement, une gamme variée d’alternatives à la maison passive est disponible, comprenant des maisons semi-enterrées, des habitations basse consommation, des maisons enterrées, des maisons en paille et des maisons autonomes.

Chaque option présente ses propres atouts, mais la maison écologique Greenkub se démarque incontestablement. En associant durabilité, personnalisation et expertise clé en main, la maison Greenkub s’impose comme le choix idéal pour ceux qui recherchent un mode de vie respectueux de l’environnement, sans compromettre la qualité et le confort.

Greenkub leader Français de la construction écologique

Adopter une maison passive peut sembler tentant pour ceux qui aspirent à un mode de vie écologique, mais il est crucial de comprendre ses limites. Greenkub, leader depuis une décennie sur le marché de la construction écologique en bois, se démarque en offrant une gamme variée d’alternatives à la maison passive.

Ces options se distinguent par leur diversité et leur qualité, avec des superficies allant de 11 à 50 m², assurant une utilisation optimale de l’espace intérieur. Conçues pour offrir un habitat compact et écologique, ces maisons présentent des avantages supplémentaires tels qu’une personnalisation étendue, une isolation répondant aux normes RE2020 pour des performances thermiques et acoustiques optimales, l’utilisation de matériaux durables et respectueux de l’environnement, ainsi qu’une approche clé en main.

Parmi ces alternatives, la maison en bois Greenkub se distingue particulièrement. Avec une structure et un revêtement en bois, elle assure une isolation thermique et acoustique de haute qualité, répondant aux normes les plus strictes en termes de confort et de durabilité.

La maison écologique Greenkub

Greenkub simplifie votre projet de construction en prenant en charge tous les aspects, de la conception à la réalisation.

Nous assurons la livraison et l’installation complètes de votre maison, vous déchargeant ainsi de la coordination des équipes et de la gestion logistique complexe. Nos équipes d’installateurs expérimentés garantissent un montage rapide en seulement 5 jours. Une fois installée, votre maison est prête à être habitée, équipée d’une cuisine, d’une salle de bain et de toilettes, et isolée pour votre confort.

Notre service d’urbanisme se charge de toutes les démarches administratives, de l’étude du Plan Local d’Urbanisme (PLU) à l’obtention des autorisations nécessaires comme la déclaration préalable de travaux, le permis de construire, la réalisation du plan de masse, etc. Vous permettant ainsi de vous concentrer sur d’autres aspects de votre projet.

De plus, nos architectes réalisent une modélisation 3D complète de votre maison en bois, vous offrant une vision claire et précise de votre future habitation.

Une conception écologique et durable

Si la durabilité et la responsabilité environnementale sont des critères primordiaux pour vous, alors la maison en bois Greenkub s’impose comme une alternative incontournable. Nous accordons une attention particulière à la sélection des matériaux pour garantir leur durabilité, leur efficacité énergétique et leur faible impact sur l’environnement.

Greenkub favorise des fondations écolgiques reposant sur des pieux d’ancrage, préservant ainsi l’intégrité des sols, protégeant les nappes phréatiques et facilitant l’écoulement des eaux. Cette approche permet également d’éliminer le besoin de couler une dalle en béton pour accueillir la maison, réduisant ainsi l’empreinte environnementale du projet.

Le système de construction Éco Brique, utilisé pour la structure des maisons Greenkub, offre une édification rapide et efficace tout en assurant des finitions de qualité supérieure par rapport aux matériaux traditionnels. Ce système écologique garantit également une excellente isolation phonique et thermique, contribuant ainsi à réduire la consommation d’énergie.

👉 À noter : La maison Greenkub est conforme aux normes de la RE2020, visant à améliorer les performances énergétiques et à réduire la consommation d’énergie.

Pour la structure en bois, nous choisissons du Pin Douglas traité autoclave de classe IV, offrant une protection durable contre l’eau, l’humidité et les insectes. Ce bois est certifié 100% PEFC, garantissant une provenance issue de forêts Française gérées de manière durable.

Par ailleurs, Greenkub propose une gamme étendue d’options de personnalisation pour votre maison écologique, comprenant différents types de toitures, des toitures végétalisées, des escaliers en fer forgé, des options d’accessibilité PMR (Personnes à Mobilité Réduite) et même des rooftops. En plus des maisons, nous offrons des extensions en bois pour agrandir rapidement votre espace de vie.

Toiture végétalisée d'une maison passive

❓Foire aux questions au sujet de la maison passive

Quels sont les inconvénients d’une maison passive ?

Un défi majeur associé à la construction d’une maison passive réside dans son coût initial significatif. Cette réalisation exige l’utilisation de matériaux haut de gamme, une isolation de qualité supérieure et une planification minutieuse pour répondre aux normes strictes en matière d’efficacité énergétique.

Quel est le prix d’une maison passive ?

En consultant directement un constructeur, le coût moyen d’une maison passive se situe généralement entre 1700 € et 2500 € par mètre carré. Pour une maison passive conçue par un architecte, ce coût peut varier de 2500 € à 3500 € par mètre carré. Bien que le surcoût moyen soit estimé entre 5 et 15 %, il peut être nul dans certaines situations.

Quel est le principe d’une maison passive ?

Dans une maison passive, le système de ventilation à double flux joue un rôle essentiel. Il fonctionne en récupérant la chaleur de l’air sortant pour préchauffer l’air entrant, contribuant ainsi à maintenir une température confortable à l’intérieur du logement.

Quelle épaisseur d’isolation pour une maison passive ?

Pour répondre aux exigences de performance d’une maison passive, l’isolation doit être particulièrement soignée. Cela implique l’utilisation d’une épaisseur d’isolant allant jusqu’à 40 cm. Les murs, responsables d’environ 25 % des pertes de chaleur, nécessitent généralement une isolation d’au moins 20 cm à l’extérieur et de 10 à 15 cm à l’intérieur.

Qu'est-ce qu'une maison passive ?

Une maison passive est un type de construction ultra-économe en énergie qui vise à réduire au minimum sa consommation énergétique, notamment pour le chauffage et la climatisation.

Comment fonctionne une maison passive ?

Une maison passive utilise principalement une isolation renforcée, une étanchéité à l’air soignée, une ventilation mécanique contrôlée (VMC) double flux, ainsi que des équipements et des matériaux favorisant les apports solaires passifs pour maintenir une température confortable à l’intérieur.

Quelle est la différence entre une maison passive et une maison traditionnelle ?

La principale différence réside dans la conception et la construction. Une maison passive est conçue pour minimiser les besoins en énergie, tandis qu’une maison traditionnelle suit généralement des normes de construction moins strictes en matière d’efficacité énergétique.

  1. Écologie gouv, Réglementation environnementale RE2020, https://www.ecologie.gouv.fr/reglementation-environnementale-re2020 []
author-avatar

À propos de Lucas Virgile

Lucas Virgile occupe le poste de Content Manager chez Greenkub. Il est responsable de la création de contenu pour les réseaux sociaux et joue également un rôle clé dans le soutien des initiatives de référencement naturel (SEO) de l'entreprise.