En 2024, la maison autonome n’est plus une utopie, mais une réalité tangible et de plus en plus accessible. Avec la prise de conscience croissante des enjeux environnementaux, la construction d’une maison écologique, capable de fonctionner de manière autosuffisante, connaît un essor significatif. Ces habitations, conçues pour minimiser leur empreinte écologique, intègrent des technologies avancées et des matériaux durables pour assurer leur autonomie, notamment en termes d’énergie.

Une maison autonome se définit principalement par sa capacité à générer et à gérer ses propres ressources, en particulier l’énergie. Grâce à des systèmes comme les panneaux solaires, les mini-éoliennes ou les micro-turbines, couplés à des solutions de stockage d’énergie efficaces, ces maisons parviennent à couvrir l’ensemble de leurs besoins énergétiques sans dépendre du réseau traditionnel.

Le choix des technologies et l’investissement initial dans ces équipements sont cruciaux, représentant jusqu’à 50% des coûts d’une installation complète, mais les avantages à long terme, tant économiques qu’écologiques, sont considérables​​.

Ces habitations vont au-delà de la simple autosuffisance énergétique. La gestion de l’eau est un autre pilier de l’autonomie domestique, avec des systèmes de récupération et de purification de l’eau de pluie qui permettent de réduire la dépendance à l’approvisionnement extérieur.

La tendance vers l’autonomie résidentielle s’inscrit dans une démarche plus large de durabilité et de respect de l’environnement.

🤔 Qu’est-ce qu’une maison autonome ?

Définition d’une maison autonome

Une maison autonome, également connue sous le nom de maison autosuffisante, est conçue pour répondre à tous les besoins de ses résidents en termes d’énergie, de chauffage et d’eau potable, sans dépendre des réseaux publics traditionnels tels que l’électricité, le gaz ou l’approvisionnement en eau.

Ces habitats exploitent diverses sources d’énergie renouvelable pour atteindre l’autosuffisance : ⬇️

  • Énergie Solaire : Utilisation de panneaux photovoltaïques pour convertir la lumière du soleil en électricité.
  • Énergie Éolienne : Exploitation du vent pour produire de l’électricité à l’aide d’éoliennes.
  • Énergie Hydraulique : Production d’énergie électrique à partir du mouvement de l’eau, idéale pour les propriétés à proximité de cours d’eau.
  • Biomasse : Conversion de matières organiques en énergie.
  • Géothermie : Exploitation de la chaleur interne de la Terre pour le chauffage et parfois pour la production d’électricité.

Il est important de noter que l’autonomie d’une maison peut varier de partielle à totale. Certains propriétaires choisissent de maintenir une connexion partielle aux réseaux traditionnels pour des raisons économiques ou pratiques, malgré une forte inclination pour l’indépendance énergétique, ce type de maison peut dont s’apparenter à une maison bioclimatique ou à des maisons semi-enterrées.

Il est évident qu’une résidence autonome, également appelée autosuffisante, est un habitat capable de répondre intégralement aux besoins de ses habitants sans recourir aux réseaux traditionnels d’approvisionnement en eau potable, électricité (ENEDIS) ou gaz (GRDF).

Cette autonomie découle souvent de la localisation isolée de la maison ou du bâtiment, qu’il s’agisse d’une zone forestière, montagneuse ou rurale.

En exploitant des sources d’énergie renouvelable facilement disponibles, une habitation peut parfaitement subvenir à ses besoins sans dépendre des infrastructures externes, même si les installations requises peuvent être substantielles et coûteuses.

La construction d’un bâtiment entièrement autonome représente généralement un défi. Dans la plupart des cas, les ménages aspirant à l’indépendance énergétique demeurent partiellement connectés aux réseaux d’approvisionnement, bien qu’il soit théoriquement possible de parvenir à une autonomie totale.

Évoquer l’autosuffisance énergétique et les habitations autonomes implique nécessairement d’aborder les systèmes de chauffage, de production d’eau potable et d’électricité.

Toutefois, se libérer des réseaux de distribution d’énergie et d’eau représente un défi non négligeable, nécessitant des travaux complexes visant à rendre la maison autonome aussi économe que possible.

Maison autonome ou maison passive ?

Dans le domaine de la rénovation énergétique des bâtiments, on rencontre une multitude de termes techniques qui peuvent parfois être difficiles à appréhender. L’un de ces termes est la “maison passive“.

Une maison passive se distingue d’une maison autonome. Contrairement à cette dernière, une maison passive est conçue pour se passer d’un système de chauffage central.

Les principes fondamentaux sont les suivants : ⬇️

  • L’orientation du logement vers le sud afin de profiter au maximum des rayons du soleil en hiver.
  • L’intégration de grandes ouvertures pour laisser entrer la lumière naturelle.
  • Une isolation thermique optimale pour maintenir un confort optimal toute l’année.

Bien que la maison passive et la maison autonome soient deux concepts différents, la maison passive constitue un excellent moyen de tendre vers l’autonomie énergétique en réduisant au maximum les besoins énergétiques.

🏡 Le fonctionnement d’une maison autonome

Plongeons un peu plus dans le cœur du sujet. Avant d’entreprendre la construction d’une maison autonome, il est crucial d’établir une liste des énergies qu’elle doit pouvoir produire ou exploiter, ainsi que des besoins de base à satisfaire.

Un bâtiment autonome doit être en mesure de fournir : ⬇️

  • De l’électricité (pour alimenter les appareils électroniques et l’éclairage) ;
  • De la chaleur (pour le chauffage en hiver) ;
  • De l’eau potable ;
  • De l’eau chaude sanitaire (ECS).

Pour optimiser son fonctionnement, une habitation autonome doit également être soigneusement étudiée sur plusieurs aspects : ⬇️

  • L’isolation du logement (combles, murs, fenêtres) est essentielle, car elle permet de réduire au maximum les besoins énergétiques en hiver.
  • L’orientation de l’habitat doit également être prise en compte pour tirer parti au mieux de la chaleur naturelle du soleil (par exemple, en installant de grandes baies vitrées au sud).

🚰 Comment rendre sa maison autonome ?

L’électricité

L'électricité d'une maison autonome

L’énergie solaire et les panneaux photovoltaïques se présentent comme des solutions évidentes pour cette tâche. Les panneaux solaires photovoltaïques captent la lumière du soleil et la transforment en électricité. Une fois installés, ils peuvent alimenter les appareils électriques ou l’éclairage de votre domicile. Le soleil touche alors les panneaux dès le matin et continue jusqu’au soir, optimisant le temps de production d’énergie. Cela permet de réaliser des économies d’énergie.

Vous avez alors le choix de consommer toute cette énergie ou d’en revendre une partie, selon vos besoins.

La plupart des ménages optent pour l’autoconsommation, en utilisant l’électricité produite par leurs panneaux solaires pour leurs propres besoins énergétiques.

Cependant, il y a une différence significative avec une installation solaire photovoltaïque reliée au réseau.

Dans le cas d’une maison autonome, l’installateur photovoltaïque doit dimensionner les panneaux pour répondre à l’ensemble des besoins énergétiques, contrairement à une installation en autoconsommation partielle. De plus, il est nécessaire d’installer une ou plusieurs batteries de stockage pour conserver l’excédent d’électricité produit. En moyenne, environ 20 à 30 kWh sont produits par jour, dont seulement 2 à 3 kWh sont dépensés.

Voici une comparaison : ⬇️

Caractéristiques Panneaux raccordés au réseau Panneaux non raccordés au réseau
Aides financières Prime autoconsommation, Tarifs de rachat, TVA taux réduit Non éligible
Types de consommations Autoconsommation totale, Autoconsommation avec vente du surplus, Vente totale Autoconsommation totale
Dépenses additionnelles obligatoires Onduleur (tous les 10 ans environ) Onduleur (tous les 10 ans environ), Batterie solaire (tous les 10 ans) et régulateur

En d’autres termes, le coût d’une installation solaire pour une maison autonome sera considérablement plus élevé que celui d’une installation connectée au réseau électrique. De plus, les installations solaires autonomes ne peuvent pas bénéficier de la prime à l’autoconsommation versée par l’État.

💡 Bon à savoir : Pour assurer une autonomie énergétique complète, les panneaux solaires d’une maison autonome doivent couvrir l’ensemble des besoins en électricité. Cette estimation dépend de divers facteurs tels que les habitudes de consommation du foyer, le nombre d’occupants.

Il existe une autre alternative pour produire sa propre électricité : l’installation d’une éolienne domestique. Bien que l’énergie éolienne soit rentable dans le cadre de projets collectifs, elle est moins avantageuse pour des installations individuelles. De plus, cela nécessite de se trouver dans une zone suffisamment venteuse.

Cette alternative est soutenu par le projet éolienne Piggott qui est une initiative visant à promouvoir la construction et l’utilisation d’éoliennes à petite échelle, souvent construites de manière artisanale. Ces éoliennes tirent leur nom de leur inventeur, Hugh Piggott, un militant écologiste britannique.

L’objectif principal de ces éoliennes est de fournir de l’électricité à des communautés éloignées ou isolées, où l’accès au réseau électrique traditionnel est limité ou inexistant. Les éoliennes Piggott sont souvent construites à partir de matériaux abordables et disponibles localement, et sont conçues pour être facilement entretenues et réparées par les utilisateurs eux-mêmes.

Ce projet encourage l’autonomie énergétique et le développement durable dans les régions rurales et isolées à travers le monde.

En comparaison avec les panneaux solaires, l’éolienne est généralement plus coûteuse et moins fiable en raison de sa dépendance aux conditions météorologiques, le vent étant imprévisible.

Une autre option est la turbine hydroélectrique : produire de l’électricité grâce à l’eau est possible, à condition de construire sa maison à proximité d’une source d’eau.

Le chauffage

Le chauffage d'une maison autonome

Le bois est un choix privilégié pour produire de la chaleur sans recourir au gaz ni à l’électricité.

Voici les principaux types de chauffage permettant d’atteindre l’autonomie énergétique : ⬇️

  • Chaudière à granulés de bois : Similaire à une chaudière au fioul, elle chauffe les pièces tout en fournissant de l’eau chaude sanitaire.
  • Poêle à bois à accumulation (également connu sous le nom de poêle à restitution lente de chaleur) : Après une flambée intense, la chaleur est emmagasinée dans la structure du poêle, puis libérée progressivement.
  • Poêle à granulés hydro : Fonctionnant comme une chaudière, il peut être intégré à un système de chauffage central (radiateurs, plancher chauffant, chauffe-eau).
  • Pompe à chaleur : Elle extrait les calories de l’air, de l’eau ou du sol pour chauffer l’intérieur via des émetteurs (plancher chauffant, radiateurs). Pour une autonomie totale, une PAC doit être alimentée par des panneaux solaires thermiques.

D’autres options existent comme la chaudière à pellets, la chaudière à condensation et les panneaux solaires thermiques ou hybrides.

Ces options permettent de produire de la chaleur à partir de sources d’énergie renouvelables et/ou inépuisables.

Cependant, il est important de noter que les pompes à chaleur (PAC) et les chaudières à condensation (à l’exception de celles fonctionnant au bois) nécessitent de l’électricité pour leur fonctionnement. Environ 30% de la consommation d’électricité est utilisée dans le fonctionnement d’une PAC.

Voici un tableau comparatif des différentes options pour le chauffage : ⬇️

Système Principaux avantages Aides disponibles
Chaudière à bois/pellets Faible coût de combustible, Alimentation automatique (pellets) TVA réduite, Primes CEE, Éco-prêt à taux 0, Prêts locaux
Poêle à bois/pellets Coût de combustible abordable, Accessible financièrement, Rendement élevé TVA réduite, Primes CEE, Éco-prêt à taux 0, Aides locales
Chaudière à condensation Bon rapport qualité/prix, Performante, Peu encombrante TVA réduite, Primes CEE, Éco-prêt à taux 0, Aides locales
Pompe à chaleur Système simple, Coût modéré, Excellent rendement TVA réduite, Primes CEE, Éco-prêt à taux 0, Aides locales
Panneau solaire thermique Rendement élevé, Fonctionnement silencieux, Entretien minimal TVA réduite, Primes CEE, Éco-prêt à taux 0, Aides locales

L’eau potable

L'eau potable et un récupérateur d'eau de pluie d'une maison autonome

Assurer un approvisionnement en eau potable est crucial pour toute maison autonome. Pour atteindre cette autonomie, diverses options sont disponibles : ⬇️

  • Un récupérateur d’eau de pluie : Permet la collecte et le stockage des précipitations pour une utilisation ultérieure. Ce système requiert l’installation de gouttières et de conduits pour acheminer l’eau vers un réservoir conçu pour éviter la contamination. Les eaux de pluie collectées peuvent être traitées pour être rendues potables.
  • Le forage d’un puits : Une méthode courante, surtout en milieu rural, qui implique de creuser un trou profond pour accéder à une nappe phréatique ou une source souterraine. La qualité de l’eau extraite doit être vérifiée pour répondre aux normes sanitaires.
  • Une combinaison de ces deux options est possible.

En plus de l’approvisionnement en eau, l’assainissement revêt une importance cruciale pour l’autonomie d’une maison. Cela comprend le traitement écologique des eaux usées, avec diverses options telles que la filtration et l’utilisation de toilettes sèches.

Pour illustrer, l’installation de capteurs solaires thermiques est une option envisageable. Ces capteurs chauffent un liquide circulant vers un ballon de stockage. Ce dernier comporte deux compartiments distincts : l’un dédié à l’eau chaude sanitaire (pour les douches et la vaisselle) et l’autre au chauffage central, diffusé à travers des murs en terre à l’intérieur de la maison.

Pour garantir un assainissement efficace tout en minimisant l’impact environnemental, il est nécessaire de concevoir le système avec soin et d’opter pour une technologie adaptée.

Des solutions polyvalentes

Parmi les différentes méthodes de production de chaleur à partir d’énergies renouvelables, les panneaux solaires hybrides (combinaison photovoltaïque + thermique) se distinguent comme une option efficace pour associer la génération d’électricité au chauffage.

Ces installations ressemblent à des panneaux solaires traditionnels, mais intègrent un système de récupération de la chaleur émise par les panneaux. Cette chaleur est ensuite utilisée pour chauffer l’eau sanitaire ou l’air ambiant. Cette solution offre une gestion intégrée de la production électrique et du chauffage.

Après avoir traversé les circuits du chauffe-eau solaire, l’eau de pluie peut être utilisée comme eau chaude sanitaire. Une installation solaire thermique peut également être combinée à un poêle à bois pour compenser les jours où la production des panneaux solaires est insuffisante (nuits ou mauvais temps).

La seule exigence est d’avoir des bûches ou des granulés de bois pour alimenter le feu, ce qui peut ne pas être toujours disponible pour tout le monde. Avec un poêle à bois, il est même possible de concevoir un four pour préparer des repas réconfortants pendant les hivers rigoureux.

🪵 Les matériaux pour une maison autonome

En plus de l’installation d’équipements exploitant les énergies renouvelables, tels que les panneaux solaires photovoltaïques, la conception d’une maison autonome repose sur un modèle de construction spécifique.

Cette approche nécessite l’utilisation de matériaux qui offrent une isolation thermique, une ventilation et une étanchéité exceptionnelles. Ces choix de matériaux et techniques de construction sont essentiels pour assurer un confort intérieur optimal tout en réduisant les besoins énergétiques et les pertes de chaleur.

Isolation thermique efficace

Isolation d'une maison autonome

Pour minimiser les besoins énergétiques et réduire les pertes de chaleur, une attention particulière doit être portée à plusieurs aspects : ⬇️

  • Isolation : Les murs, les combles et le sol doivent être correctement isolés pour limiter les déperditions thermiques.
  • Étanchéité à l’air : Il est crucial de sceller efficacement les ouvertures telles que les fenêtres, les portes, ainsi que les jonctions et les passages de réseaux pour éviter les infiltrations d’air indésirables.
  • Ventilation : Un système de VMC double flux associé à un puits canadien assure une ventilation efficace et respectueuse de l’environnement.

Parmi les isolants naturels performants, on trouve la laine de chanvre, la fibre de bois, le lin, la ouate de cellulose et le liège. Quant aux matériaux d’isolation couramment utilisés, citons la laine de roche et laine de verre. Il est essentiel de veiller à une installation continue et sans ponts thermiques.

Une étanchéité à l’air adéquate est primordiale pour éviter les infiltrations d’air. Toutes les zones à risque, comme les joints, les fenêtres, les portes et les raccordements de toiture, doivent être soigneusement scellées.

💡 Bon à savoir : Pour assurer l’efficacité énergétique d’une maison autonome, il est essentiel d’équiper les fenêtres et les portes de vitrages triples ou quadruples ainsi que de cadres hautement isolants. Les matériaux privilégiés pour les cadres comprennent le bois, l’aluminium à rupture de pont thermique et le PVC.

Une ventilation efficace, assurée par une VMC, est nécessaire pour renouveler l’air intérieur, prévenir les problèmes d’humidité et maintenir un environnement sain. Les maisons passives sont souvent équipées de systèmes de ventilation double flux pour atteindre ces objectifs.

La conception d’une maison autonome est crucial pour atteindre des performances passives. Elles sont souvent conçues de manière compacte pour limiter les surfaces en contact avec l’extérieur, réduisant ainsi les pertes de chaleur.

De plus, l’utilisation de dispositifs de protection solaire comme des stores, des volets roulants ou des pare-soleils peut contribuer à réguler les niveaux de chaleur solaire excessifs en été.

Matériaux de construction écologique

Les matériaux écologique d'une maison autonome

Pour la construction d’une maison autonome, le choix des matériaux revêt une importance capitale, en privilégiant ceux offrant les meilleures performances énergétiques et respectueux de l’environnement : ⬇️

  • Le bois : Très apprécié pour son esthétique chaleureuse, est utilisé dans les structures à ossature ou en parpaings.
  • Le béton cellulaire : Composé de matériaux naturels, se distingue par ses excellentes propriétés thermiques et son étanchéité à l’air.
  • Le béton de chanvre : Un matériau ultra léger d’origine biosourcée, est reconnu pour son inertie thermique et acoustique.
  • La brique en terre cuite : Naturelle et offrant une bonne isolation, est également prisée pour son aspect traditionnel.

Dans une maison passive, l’utilisation de matériaux durables à faible empreinte carbone est primordiale. Ainsi, la structure est souvent en bois, un matériau renouvelable largement utilisé. De plus, l’accent est mis sur l’utilisation de matériaux locaux et recyclés, incluant le béton cellulaire, le béton de chanvre et la brique en terre cuite.

💡 Bon à savoir : La labellisation Bâtiment Passif (Passivhaus) certifie que la construction répond aux normes rigoureuses de la construction passive, garantissant ainsi des performances énergétiques optimales. Ce label se concentre sur des éléments clés du bâtiment, tels que l’isolation, les fenêtres, la ventilation, les ponts thermiques et l’étanchéité à l’air.

✅ Les avantages d’une maison autonome

Les avantages d’une maison autonome sont nombreux et diversifiés, offrant à ses habitants une expérience de vie unique et durable : ⬇️

  • Réduction de l’empreinte environnementale : Habiter une maison autonome permet de réduire considérablement son impact sur l’environnement, même si la construction des équipements et de la maison elle-même génère une empreinte carbone initiale. En optant pour une habitation autonome, vous contribuez à la préservation de la planète en limitant votre consommation de ressources naturelles et en réduisant les émissions de gaz à effet de serre.
  • Indépendance vis-à-vis des réseaux publics : En choisissant une maison autonome, vous devenez largement indépendant des réseaux d’électricité, d’eau et de gaz. En cas de panne générale ou de blackout, votre quotidien n’en sera pas affecté, offrant ainsi une tranquillité d’esprit inestimable.
  • Simplification des démarches administratives : La maison autonome vous dispense des démarches administratives fastidieuses liées aux contrats d’électricité traditionnels. Vous n’aurez plus à vous soucier des formalités liées aux factures mensuelles, ce qui peut être un soulagement pour ceux qui redoutent les tracas administratifs.
  • Économies financières à long terme : Bien que la construction d’une maison autonome représente un investissement initial plus élevé que celui d’une résidence traditionnelle, elle permet de réaliser des économies significatives à long terme. En éliminant les factures d’électricité et de gaz mensuelles, vous bénéficiez d’une certaine stabilité financière tout en réduisant votre dépendance aux fluctuations des prix des fournisseurs d’énergie.
  • Promotion du bien-être et de la santé : Vivre dans une maison autonome favorise le bien-être et la santé, car elle offre un environnement intérieur sain et écologique. La qualité de l’air et le confort thermique sont améliorés, ce qui contribue à un mode de vie plus harmonieux et équilibré.
  • Engagement en faveur de l’écologie et du développement durable : Opter pour une maison autonome permet de s’inscrire dans une démarche d’habitat durable et responsable. En produisant votre propre énergie et en adoptant des pratiques éco-responsables au quotidien, vous contribuez activement à la préservation de l’environnement et à la promotion d’un mode de vie respectueux de la nature.

💡 Bon à savoir : Pour faciliter la gestion de votre maison autonome, explorez les solutions domotiques. Des thermostats connectés aux applications dédiées, ces outils vous offrent un contrôle direct sur la production d’énergie et vous permettent même de commander à distance le chauffage, la machine à laver et d’autres appareils.

🛑 Les inconvénients d’une maison autonome

Les maisons autonomes présentent quelques inconvénients à prendre en compte : ⬇️

  • Coût initial élevé : Les maisons autonomes exigent des investissements importants, notamment pour la partie photovoltaïque. Par exemple, une installation de 10 kWc peut facilement atteindre les 30 000 €, en tenant compte des coûts supplémentaires pour la batterie de stockage et le dimensionnement du kit solaire en autoconsommation.
  • Frais de maintenance et d’entretien : Les équipements autonomes nécessitent une maintenance régulière pour assurer leur bon fonctionnement. Cela peut inclure des coûts supplémentaires pour les contrôles de maintenance, les réparations et le remplacement des équipements défectueux.
  • Dépendance aux équipements : En cas de panne ou de dysfonctionnement d’un équipement autonome, il peut être difficile de trouver rapidement une solution de remplacement, car il n’y a pas de réseau d’approvisionnement centralisé pour prendre le relais.
  • Complexité de conception : La conception et la mise en place d’une maison autonome peuvent être complexes, nécessitant une planification minutieuse et une expertise spécialisée. Cela peut entraîner des retards et des coûts supplémentaires pendant le processus de construction.
  • Rentabilité incertaine : Une étude de rentabilité approfondie est essentielle pour évaluer la viabilité financière d’une maison autonome. Sans une analyse minutieuse des coûts et des avantages, il existe un risque que les économies réalisées sur les factures d’électricité et de chauffage ne compensent pas les coûts initiaux élevés.

💰 Le prix d’une maison autonome

Le prix d’une maison autonome en 2024 peut varier en fonction de plusieurs facteurs, notamment la taille de la maison, les équipements et matériaux utilisés, et la situation géographique.

Le prix au mètre carré pour une maison autonome peut être situé entre 1 000€ et 2 000€/m² , avec une fourchette plus spécifique de 2 500 à 3 000 €/m² en fonction du projet.

Par exemple, pour une maison de 60-65 mètres carrés, le coût avoisine les 150 000 €, tandis que pour une maison de 130 mètres carrés, le prix commence à partir de 200 000 €. Ces coûts peuvent augmenter en fonction des équipements et des technologies choisies pour rendre la maison autonome, comme les panneaux solaires, les éoliennes, ou les systèmes de chauffage et d’eau innovants​​​​​​.

Il est également important de noter que le coût de construction d’une maison autonome est généralement 15 à 20 % plus élevé que celui d’une maison standard. Ce surcoût initial est cependant compensé à long terme par les économies réalisées sur les factures d’énergie, grâce à l’utilisation de sources d’énergie renouvelables et à une meilleure efficacité énergétique.

🏆 La maison autonome Greenkub

La maison autonome Greenkub

Greenkub, leader de la construction modulaire en bois en France, propose une gamme variée de maison en bois. Ces habitations peuvent être conçues pour être entièrement autonomes ou clé en main, tout en conservant leur caractère écologique et durable.

Les maisons autonomes Greenkub sont équipées d’un kit photovoltaïque de 2 kWc avec batterie pour une autonomie électrique complète. Un système de récupération d’eau de pluie assure l’autonomie en eau pour certains usages, tandis qu’un système d’assainissement non collectif permet de se passer du tout-à-l’égout pour les eaux usées.

Pour ceux qui préfèrent une solution clé en main, les maisons en bois Greenkub peuvent être livrées et installées sur votre terrain, équipées de chambres, cuisines, salles de bains et toilettes. De plus, toutes les maisons Greenkub répondent à la norme d’isolation RE20201, garantissant d’excellentes performances thermiques et acoustiques, vous permettant ainsi d’y résider toute l’année sans aucune contrainte.

Que vous optiez pour une maison autonome ou une maison en bois clé en main, Greenkub prend en charge toutes les démarches administratives pour votre projet. Nous vérifions la faisabilité de votre projet en étudiant notamment le PLU (Plan Local d’Urbanisme) de votre commune. Si la surface plancher de votre maison dépasse 20m², un permis de construire sera requis. En revanche, pour une surface inférieure à 20m², une simple déclaration préalable de travaux suffira.

❓Foire aux questions au sujet de la maison autonome

Quel est le budget pour une maison autonome ?

Si vous envisagez de construire une maison autonome, il est recommandé de prévoir un budget compris entre 2 500 et 3 000 € par mètre carré. Les maisons passives, reconnues pour leur efficacité énergétique, affichent des tarifs similaires.

Comment avoir une maison 100% autonome ?

Pour parvenir à rendre votre maison 100% autonome, la production d’électricité est essentielle. Dans cette optique, l’installation de panneaux solaires photovoltaïques est vivement recommandée. Cette solution offre de nombreux avantages et constitue le moyen le plus efficace pour accroître votre indépendance électrique.

Comment fonctionne une maison autonome ?

La caractéristique fondamentale d’une maison autonome en énergie réside dans sa capacité à produire sa propre électricité et son eau sans dépendre de sources externes. Cette habitation est conçue pour fonctionner indépendamment des réseaux électriques, gaziers, hydriques ou d’assainissement, ne nécessitant aucun raccordement extérieur.

Quel chauffage pour une maison autonome ?

Il existe diverses options pour chauffer entièrement votre maison de manière autonome. Certaines de ces options utilisent des sources d’énergie renouvelables telles que le bois, l’énergie solaire, les pompes à chaleur, la chaudière à pelle tandis que d’autres font appel à des énergies fossiles telles que le fioul et le gaz.

Quels sont les avantages d'une maison autonome ?

Les avantages d’une maison autonome incluent une réduction significative des factures d’énergie, une empreinte carbone réduite, une plus grande résilience aux pannes de services publics, et une indépendance énergétique accrue. De plus, les maisons autonomes peuvent offrir un environnement intérieur plus sain en utilisant des matériaux de construction durables et en contrôlant la qualité de l’air.

Est-ce que les maisons autonomes sont adaptées à tous les climats ?

Bien que les technologies utilisées dans les maisons autonomes puissent être adaptées à différents climats, certaines régions peuvent être plus propices que d’autres en raison de la disponibilité des ressources naturelles, de l’ensoleillement, du climat local, etc. Cependant, avec une planification et une conception appropriées, les maisons autonomes peuvent être efficaces dans divers environnements.

Les maisons autonomes sont-elles rentables à long terme ?

Bien que les coûts initiaux puissent être plus élevés, les maisons autonomes peuvent offrir des économies substantielles à long terme grâce à la réduction des factures d’énergie et à une maintenance réduite. La rentabilité dépendra de divers facteurs tels que les coûts initiaux, les économies réalisées et la durabilité des technologies utilisées.

  1. Écologie gouv, RE2020, https://www.ecologie.gouv.fr/reglementation-environnementale-re2020 []