Dans un monde en quête incessante de solutions durables, l’architecture ne reste pas en marge. Un exemple éloquent de cette innovation est incarné par la Kerterre, un concept de maison écologique développé par Evelyne Adam en Bretagne il y a 30 ans. En quête d’un habitat aligné sur sa philosophie de vie respectueuse de l’environnement, Evelyne Adam a conçu un dôme de terre aux formes organiques, rappelant davantage une sculpture qu’une simple structure habitable.

La particularité de la Kerterre réside dans son absence totale d’armature et de coffrage, une innovation dans le domaine de la construction. Initialement, la technique utilisait un mélange de terre et de chanvre, ce dernier apportant les fibres nécessaires pour renforcer la structure. Montée directement sur le sol, sans fondation en béton, la Kerterre repose sur un lit de paille qui fait office de sol intérieur, renforçant son intégration dans le paysage naturel et sa biocompatibilité.

Au fil du temps, la technique de construction des Kerterres a évolué pour privilégier l’utilisation de la chaux plutôt que de la terre, permettant ainsi une meilleure durabilité et une construction plus rapide. Ces structures peuvent désormais être érigées en quelques semaines, en empilant et en entrelaçant des boudins de chanvre mélangés à de la chaux, une méthode qui simplifie encore le processus de construction.

Ce type d’habitat, cependant, navigue dans une zone grise de la réglementation. En France, les Kerterres sont souvent classées comme des sculptures plutôt que comme des habitations, ce qui les exempt de certaines normes de construction et de l’obligation d’obtenir un permis de construire.

Cette classification soulève des questions intéressantes sur la définition de l’habitat et sur les manières dont les lois peuvent évoluer pour mieux accueillir des innovations durables comme la Kerterre.

🧐 Introduction au concept de la Kerterre

Qu’est-ce qu’une Kerterre

Cet habitat rond, souvent comparé à une maison de Hobbit pour son apparence organique et fantastique, est construit à partir de matériaux naturels principalement constitués de chanvre et de chaux. La structure même de la Kerterre, sans armature rigide, ressemble plus à une grande poterie façonnée à la main, faisant écho aux formes douces et accueillantes de la nature environnante​.

La conception de la Kerterre repose sur l’idée d’une intégration harmonieuse avec l’environnement. Les matériaux utilisés, le chanvre et la chaux, sont choisis pour leurs propriétés écologiques, notamment leur capacité à réguler naturellement l’humidité et leur résistance au temps. Le chanvre, en particulier, apporte une isolation thermique et acoustique remarquable, tout en étant un matériau renouvelable et peu gourmand en ressources​.

👉 Bon à savoir : Dans la langue bretonne, “ker” se traduit par “maison” ou “chez soi”, ce qui confère à “Kerterre” le sens de “maison de terre”.

Au-delà de son architecture distinctive, la Kerterre est l’expression d’un mode de vie. Comme le souligne Evelyne Adam, vivre dans une Kerterre n’est pas seulement un choix d’habitat, mais un engagement quotidien envers un mode de vie durable et respectueux de l’environnement. Cette “présence consciente” de l’habitant vise à améliorer son environnement par des gestes quotidiens qui respectent et valorisent le vivant.

L’impact des Kerterres dépasse souvent le cadre personnel pour inspirer des communautés entières. Ces structures sont non seulement des refuges physiques mais aussi des symboles de la simplicité volontaire et de l’autosuffisance. En raison de leur taille réduite et de leur conception ingénieuse, les Kerterres sont particulièrement adaptées aux petits groupes ou aux individus cherchant à minimiser leur empreinte écologique tout en vivant d’une manière qui valorise la conservation des ressources naturelles et la biodiversité.

👉 Bon à savoir : L’acte de construire et d’habiter une Kerterre devient ainsi un acte de résistance contre les pratiques non durables et un moyen de reconnecter avec les rythmes naturels de la vie​.

Malgré leur petite taille et leur plafond bas, les Kerterres sont conçues pour former un habitat éclaté où chaque structure remplit une fonction spécifique—salon, chambre, salle d’eau, ou toilettes—sur un même terrain. Cette modularité permet une adaptabilité exceptionnelle aux besoins spécifiques de ses utilisateurs.

L’aspect écologique de cet habitat

La Kerterre est un modèle d’habitat bioclimatique qui illustre comment l’architecture peut s’intégrer harmonieusement avec son environnement tout en minimisant son empreinte écologique. Cette construction est conçue à partir de matériaux naturels et locaux tels que le chanvre, la chaux, le sable et la paille, renforçant son engagement envers la durabilité.

Le processus de construction de la Kerterre ne nécessite pas de machines lourdes ni de techniques compliquées, ce qui réduit considérablement son impact environnemental. La méthode de construction repose principalement sur l’assemblage manuel des matériaux, permettant une grande flexibilité et créativité dans la forme et la structure de l’habitat.

👉 Bon à savoir : Cette approche artisanale contribue non seulement à réduire la consommation d’énergie lors de la construction mais favorise aussi une connexion plus intime entre l’habitant et son domicile.

Un aspect remarquable de la Kerterre est son efficacité thermique. Les murs épais, composés de chanvre et de chaux, offrent une isolation naturelle exceptionnelle qui permet de maintenir une température intérieure agréable tout au long de l’année. De plus, l’absence de structure rigide ou de fondation en béton fait de la Kerterre une solution moins perturbatrice pour le sol, préservant l’intégrité du paysage naturel et favorisant la biodiversité.

👉 Bon à savoir : Des panneaux solaires pour l’électricité, des toilettes sèches, un système de récupération d’eau de pluie, ainsi qu’un jardin sauvage et potager sont autant de solutions permettant de vivre en autonomie et en harmonie totale avec l’environnement

La durabilité est également au cœur du projet Kerterre. L’utilisation de matériaux biodégradables et locaux diminue la dépendance aux ressources non renouvelables et réduit les déchets de construction. Chaque Kerterre est conçue pour évoluer avec le temps et se fondre dans son environnement, reflétant une philosophie où l’habitat est envisagé comme une partie intégrante de l’écosystème plutôt que comme une imposition sur celui-ci.

La Kerterre n’est pas seulement une habitation; c’est un manifeste pour un mode de vie qui respecte et enrichit son environnement. Cette approche montre qu’il est possible de vivre confortablement et esthétiquement tout en ayant un impact minimal sur la planète.

🎥 Mise en lumière de la Kerterre pour le grand public

L’architecte Belge Luc Schuiten

Une kerterre dessinée par l'architecte Luc Schuiten

Luc Schuiten est un architecte belge réputé pour ses projets novateurs intégrant des concepts de biomimétisme et d’écologie radicale. Un de ses projets les plus notables est son engagement avec la Kerterre, une forme d’habitat minimaliste et écologique développée par Évelyne Adam.

Luc Schuiten est devenu l’un des premiers et des plus fervents défenseurs de la Kerterre. Pour lui, choisir de vivre dans une Kerterre, c’est incarner pleinement les principes de l’écologie radicale et de la simplicité volontaire. Il voit dans cet habitat une manière de prouver qu’il est possible de vivre confortablement en pleine nature sans compromettre le confort ou détruire l’environnement​.

👉 Bon à savoir : Pour Schuiten, choisir de vivre dans une Kerterre signifie mettre en pratique les principes de l’écologie radicale. Il défend l’idée que l’on peut vivre confortablement sans compromettre l’environnement, tout en remettant en question les habitudes de consommation modernes.

En tant que promoteur de la cité végétale, Schuiten imagine des villes où les habitats sont conçus pour se régénérer et s’intégrer parfaitement dans l’écosystème, à l’image d’un récif corallien où chaque élément profite aux autres. Cette vision s’inscrit dans une critique plus large de la construction moderne qui, selon lui, se fait souvent au détriment de la nature​.

En 2017, dans le cadre du Festival des Jardins à la Saline Royale d’Arc-et-Senans, Luc Schuiten a collaboré avec Évelyne Adam et l’atelier Déambulons pour construire une Kerterre sur ce site historique. Ce projet fait partie d’une exposition plus large intitulée “Panoramas 2100“, qui explore des visions futuristes de villes végétales. La Kerterre construite dans ce contexte symbolise une habitation discrète et respectueuse de son environnement, en parfaite adéquation avec les principes de l’écoconstruction et du vivre-ensemble promus par Schuiten​.

Le réalisateur Français Nikita Gouëzel

Nikita Gouëzel, jeune réalisateur français, a exploré le monde des Kerterres dans son reportage intitulé “Pour moi & plus que moi“. Ce documentaire nous invite à découvrir ces constructions écologiques et les motivations de ceux qui les adoptent pour vivre en harmonie avec la nature.

Dans son film, Gouëzel met en lumière les Kerterres, des habitats ronds, humbles et poétiques faits de chanvre et de chaux. Ces constructions, comparées à des maisons de hobbit, s’intègrent naturellement dans le paysage et représentent une alternative durable et inspirante à l’urbanisation traditionnelle. Gouëzel décrit la Kerterre comme un moyen de vivre confortablement dans la nature sans la détruire.

👉 Bon à savoir : Le tournage du documentaire sur les Kerterres par Nikita Gouëzel a été une immersion profonde de deux ans, révélant les subtilités de ces habitations écologiques. Cette expérience a permis de capturer l’essence de la vie en Kerterre et de mettre en lumière des modes de vie durables en parfaite symbiose avec la nature.

Pour Gouëzel, la Kerterre est plus qu’une simple maison. C’est une expression de simplicité volontaire et d’écologie radicale. Vivre dans une Kerterre implique un mode de vie frugal, renonçant à certains conforts modernes pour minimiser l’impact environnemental. Cette démarche nécessite courage et engagement, mais offre une reconnection profonde avec la nature.

Le travail de Gouëzel dans ce documentaire met en avant les acteurs du changement, ceux qui cherchent à inventer, développer et expérimenter des alternatives durables. La Kerterre, avec son faible coût et son impact environnemental réduit, est présentée comme une solution concrète pour un mode de vie plus respectueux de la planète.

🚧 Construire une Kerterre

La Kerterre représente bien plus qu’une simple construction ; c’est un projet d’autoconstruction qui peut être entrepris seul ou en groupe, intégrant pleinement la philosophie de cet habitat écologique. Les méthodes employées pour construire une Kerterre sont accessibles à tous, sans exiger de grandes capacités physiques, mais demandant engagement, temps et persévérance.

👉 Bon à savoir : La durée de construction varie de quelques jours à un mois, dépendant du nombre de participants.

Structuralement, la Kerterre se distingue par son design en forme de dôme, où murs et toit se fondent en une seule et même courbe sans interruption. Elle ne requiert ni charpente, ni béton. La construction commence par l’établissement d’une base solide, souvent un soubassement en pierre, pour prévenir l’humidité ascendante.

Pour les murs, des torons de chanvre sont imprégnés d’un mélange de chaux et de sable avant d’être tissés ensemble, formant une fois secs un ensemble robuste sans besoin de renforcement additionnel ou de coffrage. Les étapes les plus techniques concernent l’installation des ouvertures et du skydome pour la toiture. Malgré une apparence rudimentaire, les murs de la Kerterre offrent une bonne isolation thermique, rendant le chauffage au bois très efficace.

Enfin, la construction d’une Kerterre est respectueuse de l’environnement, car elle se fait dans le calme, sans machines bruyantes comme des bétonnières ou des engins de levage, reflétant son engagement envers un mode de vie durable.

Aspect Détails
Matériaux Chaux, chanvre, gravier, sable
Technique Kerterre
Durée du chantier 3 semaines – 1 personne – pas de machine
Surface habitable 9 m²
Coût des travaux 500 euros de matériaux (sans compter les huisseries)

👷‍♂️ Les étapes de construction d’une Kerterre

La construction d’une Kerterre est un projet méticuleux qui nécessite attention et précision à chaque étape.

Préparation du terrain

  • Choix du site : Sélectionnez un terrain avec une bonne exposition solaire, idéalement orienté au sud pour maximiser l’efficacité énergétique. La surface doit être d’au moins 100 m² pour accommoder la construction et l’aménagement autour.
  • Nettoyage et nivellement : Retirez toute végétation et débris. Nivelez le terrain à l’aide d’un nivellement laser pour garantir une base plate. La précision du nivellement doit être de ±2 cm pour éviter tout problème structurel futur.
  • Fondations : Creusez jusqu’à une profondeur de 60 cm pour installer une couche de gravier de 30 cm d’épaisseur, qui servira de drainage et de fondation stable. Utilisez un compacteur pour aplatir le gravier, atteignant une compaction de 95%.

Construction de la base

Construction d'une Kerterre

  • Cadre de base : Construisez un cadre en bois circulaire de 5 mètres de diamètre, qui délimite la base de la Kerterre. Assurez-vous que le cadre est ancré solidement dans le sol avec des piquets métalliques à intervalles de 50 cm.
  • Isolation de la base : Installez une couche d’isolant naturel, comme du liège expansé, d’au moins 10 cm d’épaisseur pour isoler thermiquement le sol.

Élévation des murs

Construction des murs d'une Kerterre

  • Murs : Utilisez des sacs de terre remplis d’un mélange de terre argileuse (70%) et de sable (30%) compactés. Chaque sac doit être rempli à 80% avant la fermeture pour permettre une compression adéquate.
  • Empilement : Empilez les sacs en quinconce, chaque rangée décalée de 25 cm par rapport à la précédente pour augmenter la stabilité des murs.
  • Consolidation : Chaque couche de sacs doit être tassée manuellement avec des batteurs pour atteindre une densité uniforme avant de poser la couche suivante.

Installation du toit

  • Structure du toit : La Kerterre n’utilise pas de charpente traditionnelle, mais plutôt une méthode de construction qui consiste à entrelacer et superposer des couches de chanvre mélangé à de la chaux ou à de l’argile pour former un dôme. Cette technique permet de créer une structure autoportante.
  • Matériaux de couverture : Le toit peut être recouvert de plusieurs couches de ce même mélange pour assurer l’étanchéité et l’isolation. Chaque couche doit être appliquée avec soin pour renforcer l’intégrité structurelle et la durabilité du toit.
  • Finition : Une fois le toit formé, il peut être recouvert d’une couche de finition résistante aux intempéries, telle que la chaux hydratée, pour offrir une protection supplémentaire contre les éléments.

Finitions et aménagements intérieurs

Intérieur d'une Kerterre

  • Enduits intérieurs : Appliquez un enduit composé de terre fine, de chaux et de sable fin (ratio 1:1:1) pour lisser les surfaces intérieures. L’épaisseur de l’enduit doit être d’environ 3 cm pour une finition solide.
  • Aménagements : Installez des installations électriques et de plomberie en utilisant du matériel conforme aux normes écologiques. Pour l’électricité, privilégiez l’installation de câbles en cuivre isolés et pour la plomberie, utilisez des tuyaux en PVC recyclé.

Conseils pratiques

Une kerterre dans la fôret

  • Documentation : Avant de commencer, assurez-vous d’avoir tous les permis nécessaires et de comprendre les réglementations locales.
  • Assistance professionnelle : Pour des aspects techniques spécifiques comme l’électricité et la plomberie, il peut être prudent de consulter ou d’embaucher des professionnels certifiés.

Chaque étape de la construction de la Kerterre doit être abordée avec soin pour garantir la sécurité, la durabilité et le confort de l’habitat. Bien planifier et respecter ces étapes détaillées contribuera à la réussite

💰 Le prix d’une Kerterre

La construction d’une Kerterre offre une option de logement écologique et abordable, en particulier pour ceux qui cherchent à réduire leur impact environnemental et leurs coûts de vie. Le prix d’une Kerterre peut varier considérablement en fonction de la taille, des matériaux utilisés, et des spécificités de la construction.

Le coût total pour construire une Kerterre peut se situer entre 3 000 et 10 000 euros. Ce prix peut augmenter avec l’ajout d’installations comme les panneaux solaires et les menuiseries extérieures, qui représentent souvent les dépenses les plus élevées dans le projet.

Pour une Kerterre de 5 mètres de diamètre, par exemple, le coût est estimé à environ 2 500 euros. Ce prix inclut les matériaux de base tels que le chanvre, le sable, et la chaux, ainsi que des ouvertures réalisées sur mesure par des artisans locaux.

Le prix d’une Kerterre pourra être influencé par différents facteurs : ⬇️

  • Taille de la Kerterre : Plus la structure est grande, plus les matériaux nécessaires seront importants, ce qui peut augmenter les coûts.
  • Choix des matériaux : L’utilisation de matériaux locaux et naturels peut réduire les coûts, mais la sélection de matériaux spéciaux ou importés peut les augmenter.
  • Main-d’œuvre : Si vous construisez vous-même, vous économisez sur les coûts de main-d’œuvre, mais engager des professionnels peut augmenter le budget global.

En plus de son coût initial relativement bas, une Kerterre peut également offrir des économies significatives à long terme grâce à ses excellentes propriétés d’isolation et la possibilité d’intégrer des solutions d’énergie renouvelable comme les panneaux solaires. Cela peut réduire les coûts énergétiques mensuels et augmenter l’autosuffisance.

🏆 L’alternative à la Kerterre

Le constructeur de maison écologique Greenkub

De nombreuses alternatives à la Kerterre sont possibles : on retrouve notamment la maison semi-enterrée, la maison autonome, la maison passive, ou encore la maison écologique Greenkub.

Greenkub est le leader français de la construction modulaire en bois depuis plus de 10 ans en proposant des constructions allant de 11 à 50m2 ! Le siège social de Greenkub est situé à Castries, proche de Montpellier dans le sud de la France.

La maison écologique Greenkub

Une maison écologique Greenkub

Greenkub simplifie votre projet de construction en prenant en charge toutes les étapes, de la conception à la réalisation. Nous gérons la livraison et l’installation complètes de votre maison, vous libérant ainsi de la coordination des équipes et des tracas logistiques. Nos équipes d’installateurs expérimentés assurent un montage rapide en seulement 5 jours. Une fois installée, votre maison est prête à être habitée, équipée d’une cuisine, d’une salle de bain et de toilettes, et isolée pour votre confort.

Notre service d’urbanisme s’occupe de toutes les démarches administratives, de l’étude du Plan Local d’Urbanisme (PLU) à l’obtention des autorisations nécessaires comme la déclaration préalable de travaux, le permis de construire, la réalisation du plan de masse, etc. Cela vous permet de vous concentrer sur d’autres aspects de votre projet.

👉 Bon à savoir : Nos architectes réalisent une modélisation 3D complète de votre maison en bois, vous offrant une vision claire et précise de votre future habitation.

Si la durabilité et la responsabilité environnementale sont des priorités pour vous, alors la maison en bois Greenkub est une option à considérer. Nous sélectionnons des matériaux durables avec une attention particulière pour leur efficacité énergétique et leur faible impact sur l’environnement.

Nous privilégions des fondations écologiques reposant sur des pieux d’ancrage pour préserver les sols, protéger les nappes phréatiques et faciliter l’écoulement des eaux. Cette approche élimine également le besoin de couler une dalle en béton, réduisant ainsi l’empreinte environnementale.

👉 Bon à savoir : Notre maison Greenkub est conforme aux normes de la RE2020, visant à améliorer les performances énergétiques et à réduire la consommation d’énergie.

Le système de construction Éco Brique utilisé pour nos maisons garantit une construction rapide, efficace et des finitions de qualité supérieure par rapport aux méthodes traditionnelles. Il offre également une excellente isolation thermique et phonique, contribuant ainsi à réduire la consommation d’énergie. Pour la structure en bois, nous utilisons du Pin Douglas traité autoclave de classe IV, certifié 100% PEFC, garantissant une provenance issue de forêts françaises gérées durablement.

❓Foire aux questions sur la Kerterre

Quelle autorisation administrative pour une Kerterre ?

Pour les surfaces habitables de moins de 5 mètres carrés, aucune autorisation n’est requise. Pour celles entre 5 et 20 mètres carrés, une déclaration préalable de travaux suffit, la première ayant été accordée à Rennes en 2017. Au-delà de 20 mètres carrés, un permis de construire est nécessaire.

Comment faire une Kerterre ?

Pour construire une Kerterre, commencez par choisir un emplacement ensoleillé et préparez le terrain. Les murs sont formés par empilement de sacs remplis d’un mélange de chanvre et de chaux, créant une structure autoportante qui est ensuite enduite pour la protection et l’isolation. Le toit est également construit avec ce même mélange, en formant un dôme. Cette méthode écologique et durable permet de réaliser une habitation qui respecte l’environnement tout en offrant un confort thermique tout au long de l’année.

Qu’est-ce qu’une Kerterre ?

Une Kerterre est un type d’habitat écologique, artisanal et durable, conçu à partir de matériaux naturels comme le chanvre et la chaux. Elle a été inventée par Évelyne Adam, en France, et se distingue par ses formes organiques et arrondies, souvent comparées à des coquillages ou des huttes.

Quels matériaux sont utilisés pour construire une Kerterre ?

Les principaux matériaux utilisés sont le chanvre et la chaux. Le chanvre est reconnu pour ses propriétés isolantes et sa durabilité, tandis que la chaux offre une bonne respirabilité et une régulation naturelle de l’humidité.

Est-il possible de construire une Kerterre soi-même ?

Oui, il est tout à fait possible de construire une Kerterre soi-même. Évelyne Adam propose des ateliers de formation pour apprendre les techniques nécessaires. Une certaine habileté manuelle et des connaissances de base en construction sont toutefois recommandées.

La Kerterre est-elle adaptée à tous les climats ?

Les Kerterres sont assez polyvalentes et peuvent être adaptées à différents climats grâce à leur isolation naturelle. Cependant, des adaptations spécifiques peuvent être nécessaires pour des climats extrêmes, que ce soit très froid ou très chaud.

Comment est l'isolation dans une Kerterre ?

L’isolation d’une Kerterre est excellente grâce au chanvre, qui assure une régulation thermique naturelle. Les Kerterres sont généralement fraîches en été et chaudes en hiver.

Combien de temps faut-il pour construire une Kerterre ?

La durée de construction dépend de la taille du Kerterre et des conditions météorologiques. En général, il faut plusieurs semaines à plusieurs mois pour terminer une structure, surtout si vous le faites vous-même avec l’aide de bénévoles ou lors d’un atelier.

author-avatar

À propos de Lucas Virgile

Lucas Virgile occupe le poste de Content Manager chez Greenkub. Il est responsable de la création de contenu pour les réseaux sociaux et joue également un rôle clé dans le soutien des initiatives de référencement naturel (SEO) de l'entreprise.